Impôts: le prélèvement à la source inquiète les contribuables, les entreprises… et le fisc !

Les entreprises sont vent debout, les contribuables inquiets… Le prélèvement à la source de l’impôt sur les revenus fait aussi des remous jusque dans les rangs de l’administration fiscale.

Le prélèvement à la source de l'impôt sur les revenus doit entrer en vigueur le 1er janvier 2019. Crédits: iStock.

Les syndicats de la Direction générale des finances publiques (DGFIP) ont alerté lundi sur la mise en place du prélèvement à la source à partir de janvier 2019, appelant à la mobilisation contre une « privatisation de la collecte de l’impôt ».

A LIRE >>> Impôts: quelles sont les les dates limites pour faire votre déclaration de revenus ? 

« On appelle à la mobilisation sous toutes ses formes pendant la campagne déclarative » de l’impôt sur le revenu, a déclaré Anne Guyot-Welke, porte-parole de Solidaires Finances publiques, lors d’une conférence de presse organisée avec la CGT, FO et la CFDT.

« La mise en place du prélèvement à la source va générer un certain nombre de sollicitations des contribuables qui vont avoir des interrogations », a-t-elle indiqué.

Or, la DGFIP a subi depuis 2002 près de 38.000 suppressions de postes et il est prévu encore d’en supprimer entre 18.000 et 20.000 sur les quatre prochaines années, a-t-elle affirmé.

Prélèvement à la source: « une privatisation de la collecte de l’impôt »

« Aujourd’hui il faut qu’on se mobilise pour changer ce qui se passe à la DGFIP », sans quoi les agents risquent de travailler dans des conditions de plus en plus difficiles et les usagers ne retrouveront pas « la qualité du service public auquel ils ont le droit concernant les missions fondamentales que sont la fiscalité ou le contrôle de la dépense publique », a renchéri Olivier Vadebout, secrétaire général de la CGT Finances publiques.

Le prélèvement à la source « n’est ni plus ni moins qu’une privatisation de la collecte de l’impôt », a estimé pour sa part Hélène Fauvel, secrétaire générale de Force Ouvrière DGFIP, jugeant par ailleurs que cela ne serait « pas pour le contribuable une simplification ».

Alors que la campagne de déclaration d’impôt sur le revenu débute, les syndicats ont lancé des actions pour informer le public sur les dangers pesant selon eux sur les agents des finances publiques et à terme sur le service fourni aux contribuables. « On ne s’interdit pas d’avoir une journée propre à la DGFIP », a par ailleurs indiqué Mme Guyot-Welke.

Le prélèvement à la source prévoit que l’impôt soit collecté directement sur les salaires ou les pensions, et non plus acquitté un an après. Ce sont les employeurs qui seront chargés de collecter cet impôt pour le compte du fisc, ce qui suscite de très vives réticences au sein des entreprises.

Sur le même thème

Dates limites impôts 2018 Prélèvement à la source

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique