Impôts 2020: l’imposition au barème de vos produits de placement est possible

Exceptionnellement, les contribuables n’ayant pas choisi l’imposition au barème lors de leur déclaration de revenus de 2018 peuvent en faire la demande cette année.

En 2019, 8,1 millions de foyers auraient eu intérêt à choisir l'imposition au barème. Crédit: iStock.

Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, a annoncé que les contribuables qui n’avaient pas opté pour l’imposition au barème au moment de leur déclaration de revenus de 2018 pouvaient à titre exceptionnel revenir sur leur choix « bien que l’option au moment de la déclaration soit en théorie irrévocable », relate Le Monde. Cette évolution peut intervenir dans le cadre du droit à l’erreur.

Il faut dire que seulement 800 000 foyers fiscaux ont opté pour cette possibilité en 2019, quand 8,1 millions d’entre eux auraient eu intérêt à le faire. Le ministre estime que, dans 80% des cas, l’imposition au barème aurait permis une réduction de 50 euros de l’impôt. Pour les 20% restant, l’avantage aurait été plus important.

Des abattements spécifiques

Quand ils sont versés, les produits de placement sont soumis à un prélèvement forfaitaire de 30% dit « flat tax ». Ce taux se décompose ainsi: 17,2 % au titre des prélèvements sociaux et 12,8% au titre de l’impôt sur le revenu. Ce dernier taux n’est pas immuable. Au moment de leur déclaration de revenus, les contribuables peuvent renoncer a posteriori à ce prélèvement pour que les revenus de leur épargne soient soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu. 

A LIRE >> « Cadeaux » fiscaux: quels sont les pays les plus favorables aux retraités?

En théorie, la « flat tax » est plus avantageuse que l’imposition au barème progressif, dont le taux de la première tranche est de 14 %. La pratique est toute autre. En effet, l’imposition au barème entraîne une déductibilité partielle de la Contribution sociale généralisée (CSG), à hauteur de 6,8 %, ainsi que l’application d’abattements spécifiques pour l’imposition des dividendes et des plus-values de cession de valeurs mobilières.

Sur le même thème

Impôts Placements

Réactions et commentaires

Sur la même thématique