Impôts: la France reste championne de la pression fiscale

Depuis cinq ans, l’Hexagone occupe la première place du classement des pays de l’Union européenne où la pression fiscale est la plus forte sur le salarié moyen.

L'écart avec l'Autriche se resserre. Crédit: iStock.

En France, le 19 juillet correspond au jour de la libération sociale et fiscale du salarié moyen, selon une étude de l’Institut économique Molinari, publiée le 18 juillet. L’Hexagone a décroché, pour la première fois, le titre de championne de la pression fiscale de l’Union européenne en 2015. Depuis, elle n’a pas été détrônée.

Comme en 2019, le salarié moyen a dû travailler jusqu’au 19 juillet pour financer les dépenses publiques. Au-delà de cette date, il dépense ou place l‘argent qu’il gagne en travaillant comme bon lui semble.

Devant l’Autriche et la Belgique

Avec une fiscalité, sur le salarié moyen, de 54,26%, la France est talonnée de près par l’Autriche et la Belgique, sur la première marche du podium entre 2011 et 2015. Dans ces deux pays, le salarié moyen est respectivement libéré de la pression fiscale le 18 et le 16 juillet. Selon l’étude, l’écart avec la deuxième place du classement s’est resserré d’une journée en un an et de deux avec le troisième pays. 

En moyenne, les contribuables européens subissent la pression fiscale jusqu’au 14 juin. Une moyenne qui cache d’importantes disparités, puisque les Chypriotes sont libérés dès le 13 avril et les Maltais six jours plus tard.

Une pression moins forte

Malgré son mauvais classement, l’Hexagone a relâché très légèrement la pression par rapport à 2019. Elle a reculé de 0,05%, souligne l’étude, grâce à la réduction de l’impôt sur le revenu décidé après la crise des “gilets jaunes”. Cette réduction a représenté un gain de 126 euros en année pleine, pour un salarié moyen célibataire.

Réel, le geste n’a pourtant pas égalé la baisse des cotisations sociales concédée en 2019, au travers de la déduction faite des augmentations de la CSG (contribution sociale généralisée) et de l’impôt sur le revenu. Cette année-là, le même salarié avait gagné 403 euros. 

Et en Allemagne?

Quid de l’Allemagne souvent montrée en exemple au sein de l’Union européenne ? Elle occupe la sixième place du classement. Outre-Rhin, les contribuables sont libérés dès le 4 juillet, soit un jour plus tôt qu’en 2019. Ce changement s’explique, notamment, par la baisse temporaire de la TVA. Une diminution décidée dans le cadre de la relance économique après la crise sanitaire et économique du coronavirus.

A LIRE >> Impôts: le fisc accorde de moins en moins de remises

Pour autant, en Allemagne, comme en France, en Autriche, en Belgique, en Grèce ou encore en Italie, plus de la moitié des revenus liés au travail sont prélevés au titre des impôts et charges.

Sur le même thème

Fiscalité Impôt à la source Impôts

Réactions et commentaires

Sur la même thématique