Se connecter S’abonner

Impôts: le paiement en espèces est généralisé à partir du 28 juillet chez les buralistes

Il sera désormais possible de payer ses impôts, amendes et autres factures chez certains buralistes du réseau de la Française des Jeux (FDJ) partout en France.

Un nouveau réseau de proximité des finances publiques voit le jour. Le dispositif testé dans 18 départements est généralisé à partir du mardi 28 juillet : les contribuables pourront désormais payer leurs impôts en espèces chez certains buralistes du réseau de la Française des Jeux (FDJ). Le montant maximum est de 300 euros et il peut aussi être payé par carte bancaire. Il concerne le paiement des amendes ou encore des factures de service public (cantine, crèche) selon Europe 1. La convention vient seulement d’être signée par le ministre délégué en charge des comptes publics, Olivier Dussopt, en raison de la crise sanitaire.

Pour les factures de cantine par exemple, il faudra présenter le document que la mairie a envoyé et le buraliste pourra flasher le QR code correspondant avec son terminal. L’administration sera ainsi prévenue du paiement de la somme, dans les délais. Il s’agit d’un partenariat signé entre la direction générale des Finances publiques et les buralistes, qui sont rémunérés. Pour les montants supérieurs à 300 euros, le paiement devra se faire en ligne.

A LIRE >>> Fiscalité: 100 000 euros exonérés d’impôt pour rénover ou construire une résidence principale

4 500 buralistes sur tout le territoire

A partir du 28 juillet, si les contribuables pourront payer jusqu’à 300 euros d’impôts, amendes ou autres factures chez un buraliste, ils ne pourront en revanche plus régler en espèces ces mêmes montants auprès des trésoreries et centres des Finances publiques, ce que déplore la CGT Finances publiques. La volonté du gouvernement serait de redéployer les agents vers des missions d’accompagnement des usagers. En tout, « ce sont moins de 4 500 buralistes qui vont participer à cette opération sur 24 500 répartis sur tout le territoire », déplore le syndicat, opposée à cette généralisation du dispositif.