Se connecter S’abonner

Un Budget 2021 marqué par le coronavirus

Le projet de loi de finances pour 2021, présenté ce lundi 28 septembre par le gouvernement, a un objectif inédit : soutenir la reprise de l'économie française après l'épidémie de Covid-19, en ne comptant pas la dépense.

Après les plus de 460 milliards d’euros mis sur la table cette année pour faire face à la crise sanitaire, le plan de relance de 100 milliards d’euros annoncé début septembre par le gouvernement est au centre du nouveau Budget, présenté ce lundi 28 septembre par le gouvernement.

Sur les 100 milliards prévus sur deux ans, 10 milliards devraient avoir déjà été dépensés cette année, notamment pour le soutien à l’emploi des jeunes, et 30 milliards injectés dans l’économie l’an prochain. Plus d’un tiers du plan servira à améliorer la compétitivité des entreprises et à favoriser la réindustrialisation. Ce qui passera par une baisse de 10 milliards d’euros des impôts de production pesant sur les entreprises.

30 milliards d’euros pour la transition écologique

Si la principale mesure fiscale est tournée vers les aides aux entreprises, la transition écologique n’est pas en reste. Trente milliards d’euros doivent permettre de l’accélérer, via des aides à la rénovation des logements ou aux transports propres. Par ailleurs, 35 milliards d’euros serviront à financer des mesures de solidarité et de soutien à l’emploi. De quoi permettre un rebond de 8% du PIB l’an prochain après le recul de 10% de cette année, espère le gouvernement.

A LIRE >>> Coronavirus, activité partielle, budget, charges : les annonces de Jean Castex

Pas de hausse d’impôts en vue

La baisse de la taxe d’habitation commencera bien l’an prochain pour les ménages les plus aisés. Côté entreprises, la réduction de l’impôt sur les sociétés est aussi maintenue. Le gouvernement a assuré qu’il n’y aurait pas de hausse d’impôts, mais pour dégager quelques recettes supplémentaires, il a prévu de ponctionner l’organisme de financement du logement social Action logement à hauteur de 1,3 milliard d’euros, et les complémentaires santé vont payer une surtaxe Covid d’un milliard d’euros en 2021, et 500 millions en 2022.