Se connecter S’abonner

Crédits et réductions d’impôt : comment fonctionne l’avance du 15 janvier ?

Mi-janvier, vous percevrez 60% de vos droits à crédit et réductions d’impôt. En septembre vote situation sera régularisée. Explications sur le mécanisme mis en place par Bercy.

impôt
Crédit: iStock.

Vous vous frottez les mains après avoir lu la bonne nouvelle que nous avons publié hier. En effet, le fisc va vous verser de l’argent sous forme d’avance de 60 % de vos droits à crédits et réductions d’impôt. Soit un montant moyen de 640 euros. Pour le calculer, les services fiscaux ont pris en compte vos dépenses 2019 (dons, garde d’enfants, emploi à domicile, défiscalisation immobilière Pinel…) déclarées en mai 2020. En fin d’année dernière, certains d’entre vous ont même pu diminuer ce montant dans la rubrique « gérer mon prélèvement à la source » sur le site impôts.gouv.fr.

Que va-t-il se passer dans les mois à venir ?

Il faut envisager trois situations. La plus simple est celle dans laquelle, les dépenses 2020 déclarées en mai 2021 sont strictement égales à celles de l’année précédente. Dans ce cas, le Trésor vous créditera du solde de crédits et de réductions d’impôt en septembre. La somme correspondra alors au 40 % restant.

Exemple : Vous avez dépensé 3.000 euros en 2019 et en 2020 pour la garde de vos enfants et une aide ménagère. Les crédits d’impôt étant de 50 %, vous avez droit à 1.500 euros. Mi-janvier, le fisc versera sur votre compte 900 euros et mi-septembre vous recevrez le solde soit 600 euros.

La deuxième situation est celle où en 2020, vous avez moins dépensé qu’en 2019. A moins d’avoir anticipé cette situation en modifiant à la baisse vos droits à paiement, votre situation sera régularisée en septembre. Si vos crédits d’impôt, en reprenant l’exemple ci-dessous sont de 1.200 euros et non de 1.500 euros, vous recevrez seulement 300 euros. Si, en revanche, vos avantages fiscaux sont tombés à 700 euros, le fisc vous demandera de rembourser, sans intérêts, le trop perçu de janvier 2021, soi dans notre exemple 200 euros (900 euros-700 euros).

La dernière situation est celle du contribuable qui a plus dépensé en 2020 qu’en 2021. Dans ce cas, le fisc vous versera en septembre les 40 % restant exigibles et le complément de crédits et de réductions dus à votre surcroit de dépenses éligibles aux avantages fiscaux. Ainsi, si les dépenses 2020 n’étaient pas de 3.000 euros mais de 4.000 euros, soit 2.000 euros de crédits d’impôt et non plus 1.500 euros, vous recevrez en septembre les 40 % des 1.500 euros soit 600 euros et les 500 euros relatifs à votre surcroit de dépenses de 1.000 euros.

Au total, vous aurez donc bien eu droit à 2.000 euros de crédits et de réductions d’impôt (900 euros en janvier 2021 + 600 euros +500 euros en septembre 2021). Puis en janvier 2022, vous recevrez 60 % de 2 000 euros soit 1200 avec le même mécanisme de régularisation en septembre.

Enfin n’oubliez-pas que certains crédits et réductions d’impôt ne donnent pas droit à avance en janvier. Pour eux, c’est donc en septembre de chaque année que la totalité de l’avantage fiscal vous sera versé.