Se connecter S’abonner

Impôts 2021 : les nouveautés pour l’immobilier

Copropriété, loyers, investissement locatif… Le point sur les nouveautés à prendre en considération dans sa déclaration d’impôts 2021.

impôts


Indépendants, aides à la personne, frais liés au télétravail, revenus des placements… le millésime 2021 de la campagne déclarative des impôts sur le revenu 2020 comporte son lot de nouveautés. Que ce soit en matière de copropriété, de recettes locatives ou de défiscalisation en loi Pinel. Tour d’horizon de ce qui vous attend dans l’immobilier.

Travaux de copropriété

Cette année, concernant les copropriétés, une case exceptionnelle est créée pour la réintégration de certains travaux, l’une des résultantes de l’année blanche. Il s’agit de la ligne 230 bis sur la déclaration des revenus fonciers n°2044, de la ligne 231 bis sur la déclaration spéciale des revenus fonciers n°2044 spéciale, et de la ligne 15 sur la déclaration des SCI n°2072.

A quoi sert-elle ? A réintégrer dans le revenu foncier imposable de l’année dernière 50% des travaux déductibles compris dans les provisions pour charges de copropriété payées en 2019, sauf pour les immeubles acquis en 2019. En effet en 2019, les travaux compris dans les provisions pour charges de copropriété avaient été intégralement déduites alors même qu’elles n’auraient dû l’être qu’à 50%. « C’est une mauvaise nouvelle pour les propriétaires fonciers, puisque cela aura pour effet d’augmenter le montant de leurs revenus fonciers imposables, explique Estelle Billi, ingénieur patrimonial chez Advenis Gestion Privée. En pratique, les gestionnaires d’immeubles risquent de s’arracher les cheveux sur cette nouvelle case, puisqu’il faudra être capable de retraiter le seul montant des travaux compris dans les provisions, et non l’ensemble des provisions pour charges payées ».

Mesures spéciales concernant les abandons de loyers

Dans le sillage de la crise sanitaire, le gouvernement a mis en place une exonération et un crédit d’impôt pour abandon de loyer. Sont concernés les loyers compris entre le 15 avril 2020 et le 30 juin 2021 par les bailleurs relevant des revenus fonciers. « Les loyers abandonnés ne doivent pas être inclus dans les recettes, mais les charges correspondant à ces loyers peuvent être déduites normalement », précise Estelle Billi. Bonne nouvelle, donc, pour les propriétaires bailleurs qui ont joué le jeu !

Pour ce qui est du crédit d’impôts, il figure à la case 7LS de la déclaration N°2042 RICI, et est de 50 % (plafonné à 800.000 euros). Il est octroyé aux bailleurs qui ont consenti aux entreprises touchées par l’interdiction d’accueil du public au cours du mois de novembre 2020 des abandons de loyers dus au titre de ce mois-là.

Là encore, du positif. Mais « beaucoup de conditions et garde-fous ont été prévues par la loi, si bien que cette mesure risque en pratique de ne pas rencontrer le succès escompté, voire d’en décourager plus d’un si la mesure venait à être reconduite cette année », estime Estelle Billi.

Réduction d’impôt Pinel

Que contient le nouveau formulaire des impôts « n°2042 RICI » ? Pour la déclaration des loyers perçus, la déclaration 2044 se remplit de la même manière que l’année précédente. En revanche, la déclaration et le calcul de la réduction de l’impôt s’effectuent via la déclaration 2042 RICI (au lieu de la 2042 C). Enfin, du nouveau est à signaler en cas de prolongation triennale du dispositif. De nouvelles cases ont été créés (7RR et 7RS), afin de « permettre aux contribuables qui le souhaitent, de prolonger leur engagement initial pour trois ans supplémentaires », récapitule-t-on chez Advenis-on.