Se connecter S’abonner

Impôts : voici les nouveaux plafonds de déduction des pensions alimentaires

Les pensions alimentaires versées à vos enfants majeurs ou à vos ascendants sont, sous conditions, déductibles de votre revenu imposable quand le bénéficiaire n’est pas rattaché à votre foyer fiscal. Voici les plafonds de déduction pour l’année 2022.

impôts
Crédit : iStock.

Dans une certaine mesure, les pensions alimentaires peuvent être déduites de votre revenu imposable, dès lors que vos enfants majeurs ou vos ascendants – dans le besoin et envers lesquels vous avez une obligation alimentaire – ne dépendent pas de votre foyer fiscal. Alors que la période de déclaration des revenus de 2021 débutera le 7 avril 2022, les plafonds de déduction ont été mis à jour. Si vous versez une pension alimentaire à un enfant majeur domicilié chez vous, vous pourrez déduire la somme forfaitaire de 3.592 euros par enfant au titre du logement et de la nourriture. Aucun justificatif ne vous sera demandé.

D’autres dépenses, comme les frais de scolarité ou de santé, peuvent être déduites pour leur montant réel, mais, dans ce cas, vous devrez fournir des justificatifs et la déduction totale est limitée à 6.042 euros par enfant. En 2021, le plafond avait été fixé à 5.959 euros. Si l’enfant bénéficiaire n’est pas hébergé toute l’année, le calcul se fera au prorata du nombre de mois concernés.

Jusqu’à 12.084 euros pour un enfant

Enfin, s’il ne vit pas chez vous, vous pourrez tout de même déduire les dépenses engagées pour sa scolarité : sa nourriture, sa santé ou son loyer. Pour un enfant vivant hors du domicile parental, le plafond de déduction est fixé également à 6.042 euros par enfant. Il est cependant nécessaire de conserver tous les justificatifs des dépenses. L’administration fiscale peut très bien vous demander de les lui transmettre.

Mais que votre enfant majeur vive encore sous votre toit ou non, le montant de la déduction est multiplié par deux si le bénéficiaire est marié, pacsé ou chargé de famille et qu’il contribue seul à ses besoins. Dans ces cas, le montant maximal déductible grimpe à 12.084 euros. Quant à votre enfant, il devra déclarer aux impôts la pension alimentaire perçue.

Etre en mesure de prouver les versements

Si vous versez une pension alimentaire à un parent ascendant dans le besoin, vous avez la possibilité de déduire la somme forfaitaire de 3.592 euros de vos revenus imposables, si votre parent, grand-parent ou arrière-grand-parent habite chez vous, et ce au titre du logement et de la nourriture. Si votre ascendant hébergé est âgé de plus de 75 ans, la déduction forfaitaire de ces avantages en nature est admise à condition que ses ressources ne dépassent pas le plafond de ressources fixé pour l’octroi de l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), soit 10.881,75 euros par an, pour une personne seule. S’il s’agit d’un couple, ses revenus ne doivent pas dépasser 16.893,94 euros.

Et si vous versez à votre ascendant une pension au titre de l’obligation alimentaire, vous pouvez déduire son montant intégral. Mais il faudra être en mesure de justifier vos versements, grâce, par exemple, à vos relevés bancaires. De la même manière, vous devez conserver les factures liées aux dépenses effectivement supportées pour venir en aide à votre proche.