Se connecter S’abonner

Avantages fiscaux : ces nouveautés en 2023

Rénovation énergétique, crédit d’impôt garde d’enfant, investissement dans les PME… Le point sur ce qui change l’an prochain.

impôt sur le revenu

Rénovation énergétique : une carotte fiscale renforcée

Le plafond de déduction des déficits fonciers sur les autres revenus imposables du foyer, fixé à 10 700 euros par an, est doublé pour les contribuables qui font réaliser des travaux de rénovation énergétique dans un logement loué d’ici à la fin de 2025. Pour bénéficier de ce rehaussement, vous devez être propriétaire d’un logement qualifié de passoire énergétique. C’est-à-dire dont le diagnostic de performance énergétique (DPE) présente une mauvaise classe énergétique (lettre E, F ou G), et faire réaliser des travaux qui permettent d’améliorer son classement (passage en lettre A, B, C ou D).

La mesure s’applique pour les devis acceptés à compter du 5 novembre 2022 et les dépenses doivent être effectuées entre le 1er janvier 2023 et le 31 décembre 2025. Les bailleurs qui ne seront pas en mesure de prouver que les travaux ont permis d’améliorer le classement de leur bien pourront être redressés. Les déficits déduits à tort seront alors remis en cause et leurs impôts recalculés en conséquence.

Coup de boost pour le crédit d’impôt garde d’enfants

Bonne nouvelle pour les parents qui font garder leurs enfants âgés de moins de six ans à l’extérieur de leur domicile. Les frais payés en 2022 à une assistante maternelle agréée ou à une halte-garderie ouvrent droit à un crédit d’impôt majoré de 50 % cette année. Il atteindra au maximum 1 750 euros par enfant (la moitié pour les mineurs en garde partagée), contre 1 150 euros jusqu’à présent.

Investissements dans les PME : pas de précipitation !

Comme en 2020 et en 2021, le taux de la réduction d’impôt pour souscription de parts de PME, en principe égal à 18 %, va être porté à 25 % en 2023, à compter d’une date à préciser par décret. Mieux vaut donc patienter un peu avant d’investir afin de profiter du bonus maximal. Pour mémoire, le plafond de souscription est fixé à 50 000 euros par an pour les célibataires et à 100 000 euros pour les couples mariés ou pacsés.

Presse : fin anticipée du crédit d’impôt

Le crédit d’impôt de 30 % accordé aux contribuables qui souscrivent un premier abonnement à un journal papier ou en ligne d’information générale et politique devait s’appliquer jusqu’au 31 décembre 2023. Les pouvoirs publics ont toutefois décidé de le supprimer dès le 1er janvier, avec un an d’avance. Rappelons qu’il avait déjà été resserré sur les contribuables modestes depuis le 13 juin 2022.

Quotient familial : du mieux pour les veuves

Les conditions d’octroi de la demi-part supplémentaire de quotient accordée aux veuves d’anciens combattants sont élargies. Peuvent désormais en profiter celles de plus de 74 ans dont le conjoint décédé après 60 ans était simple titulaire de la carte du combattant. Jusqu’ici, seules les personnes dont le conjoint décédé bénéficiait lui-même de la demi-part fiscale supplémentaire des anciens combattants après ses 74 ans ou bien percevait la retraite du combattant de son vivant (à partir de 65 ans) étaient concernées.

Avantage fiscal modifié pour les bois et forêts

Les réductions et crédits d’impôt attachés à certains investissements forestiers, prévus initialement pour s’éteindre à la fin de l’année 2022, sont prorogés pour trois ans, jusqu’à la fin de 2025. Les avantages existants sont remplacés par un crédit d’impôt unique, au taux de 25 % ou de 76 % selon le type d’investissement réalisé. Certains plafonds de dépenses sont également revus à la hausse (6250 euros pour un célibataire pour l’acquisition de bois, forêt ou terrain à boiser, 12 500 euros pour un couple).