Taxe d’habitation: elle sera bien supprimée pour tous en 2023

Bruno Le Maire a confirmé, lundi 20 juillet, la suppression, dès 2023, de la taxe d’habitation pour tous, même les foyers parmi les 20% les plus riches.

Même les 20% des foyers les plus riches ne payeront plus la taxe d'habitation en 2023. Crédit: iStock.

Les doutes sont levés. Après quelques hésitations, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire a assuré que la suppression totale de la taxe d’habitation ne serait pas reportée, sur BFMTV lundi 20 juillet. Dès 2023, même les 20% de foyers les plus riches ne paieront plus cet impôt.

« Nous la supprimons totalement, nous la supprimons sans toucher le calendrier », a-t-il déclaré. Le patron de Bercy a précisé que « ces 20% ne sont pas les plus aisés, ce sont les classes moyennes. Ce sont des gens qui travaillent, qui paient beaucoup d’impôt. Et leur demander d’attendre encore un petit peu ça ne serait ni juste ni efficace ». Alors, « par souci de lisibilité et par souci de justice vis-à-vis des classes moyennes », il a été décidé avec le président et le Premier ministre de maintenir le calendrier initial de la suppression de la taxe d’habitation.

« Décaler au mieux d’une année »

A l’occasion de son discours du 14 juillet, Emmanuel Macron avait annoncé que la suppression de la taxe d’habitation pour les 20% les plus aisés pourrait être reportée, en raison de la crise sanitaire et économique du coronavirus. Il voyait en un tel ajournement, un levier pour compenser l’explosion des dépenses publiques. Selon Bruno Le Maire, cette « option », ouverte par le président, a bien été examinée. « On a vu que dans le fond on pouvait décaler au mieux d’une année si on suivait la jurisprudence du Conseil constitutionnel », ajoute le ministre.

A LIRE >> Taxe d’habitation: les associations continueront de la payer

Vendredi 17 juillet, dans la soirée, le Premier ministre expliquait, quant à lui, que le calendrier de la suppression de la taxe d’habitation était maintenu. Même pour les 20% les plus riches. Jean Castex précisait toutefois : « Nous nous adapterons en fonction de l’évolution de la conjoncture ». De quoi laisser alors planer un doute. 

Sur le même thème

Impôts impôts locaux Taxes

Réactions et commentaires

Sur la même thématique