La sculpture animalière en majesté chez Christie’s

Le 22 mai Christie’s Paris organise une vente baptisée Design. Au menu, bien sûr, du mobilier mais également de ravissantes sculptures animalières du XXe siècle.

Le 22 mai prochain, Christie’s Paris propose une vacation baptisée Design. On y trouve bien entendu du mobilier mais également de belles sculptures animalières du XXe siècle. Elles sont parfaitement représentatives des différents courants et styles de ce siècle et ne peuvent que séduire les amateurs.
Evidemment, une telle vente ne peut se concevoir sans bronzes de Rembrandt Bugatti (1884-1916), considérés comme le roi incontesté de la sculpture animalière. Ses bronzes, souvent des félins, sont d’une extraordinaire puissance. La souplesse des animaux, leur force contenue ou débridée sont parfaitement palpables de même que leur beauté racée et leur élégance innée.

Rembrandt Bugatti « Ours », 1910, estimation : 200 000 à 300 000 euros. Crédit photo : Christie’s images limited.

C’est le cas de cette merveilleuse « panthère marchant », souple et svelte, qui avance, silencieuse et lente, à la recherche de gibier ou de ce petit jaguar accroupi qui doit guetter sa proie. Mais Bugatti sait aussi rendre à merveille l’aspect pataud et sympathique d’un ours, le doudou préféré des enfants.

Georges Guyot « Lionne assise tête relevée », modèle conçu vers 1930, fonte vers 1950. Estimation 60 000 à 80 000 euros. Crédit photo : Christie’s limited.

Le style de Georges Guyot (1885-1973) est différent. Marqué par l’esthétique Art déco, ses félins sont plus doux, plus ronds. On croirait presque des animaux domestiqués. Ainsi, cette petite lionne assise, la tête relevée semble ronronner et attendre les caresses.

Avec François-Xavier Lalanne (1927-2008), la sculpture animalière devient ludique et féérique. L’artiste est connu pour ses meubles « bestiaire » : bars, lampes, guéridons. Mais il a également créé de simples sculptures purement décoratives. Les plus connues sont ses moutons sortant tout droit d’une bergerie imaginaire. Mais on retrouve le charme poétique de l’artiste dans d’autres créations comme ces trois oies proposées par Christie’s. Elles semblent cancaner et s’échangent leurs impressions sur les curieux qui les regardent. Elles rappellent les trois volatiles réalisés par l’artiste pour la place du marché aux oies de Sarlat. On a qu’une envie, les voir se dandiner avec leur démarche chaloupée.

François-Xavier Lalanne « Trois oies » 1991, estimation : 200 000 à 300 000 euros. Crédit photo : Christie’s limited.

Un petit chat noir en marbre, aux yeux jaunes se repose près d’un feu de cheminée ou d’un radiateur. Pour se faire bien voir de lui, on lui donnerait volontiers des croquettes ou un jouet en forme de souris.
Si vous êtes séduit, n’hésitez-pas à craquer. La sculpture animalière est une valeur sûre du marché de l’art

Informations pratiques

Le 22 mai, vente Design Christies’ Paris,
9 avenue Matignon, 75008 Paris,

Exposition les 17,18, 19 et 21 mai.

Sur le même thème

Marché de l'art ventes aux enchères

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique