Bonne cuvée 2018 avec des prix maîtrisés pour la FIAC

Les acteurs du marché de l’art ont concouru à maintenir abordables les œuvres exposées à la 45eme Foire internationale d’art contemporain (FIAC), évitant un emballement des prix qui risquait de décourager la clientèle, a constaté dimanche Artprice, alors que la FIAC ferme ses portes. Ces acteurs -artiste, galeristes- « renouent ainsi avec la grande tradition où les prix du premier marché (la foire) doivent être inférieurs au second marché des ventes publiques », a expliqué à l’AFP Thierry Ehrmann, président du leader mondial des banques de données sur la cotation de l’art.

L’OEIL DE ROBIN DES ARTS >>> Fiac 2018: notre sélection d’artistes pour vous mettre en appétit

Grâce à la maîtrise des prix, de grandes galeries comme Gagosian –qui présentait sur la Nef du Grand Palais les troncs d’arbre peints en couleurs vives de Katharina Grosse (Ingres Wood)- « ont vendu au delà de tout ce qu’on imaginait », selon M. Ehrmann. Dans cette première évaluation communiquée à l’AFP, Artprice parle d’un chiffre clé de 18 % d’augmentation de requêtes de ses clients qui lui sont parvenus sur la FIAC, soit 549.000 requêtes – sur les 4,5 millions de clients que compte la société.

« Jamais les artistes n’ont été aussi présents sur les stands »

La variation depuis 20 ans n’excédait pas 4,5 % en plus ou en moins. « Aussi bien les artistes que les marchands étaient d’accord pour calmer les prix. Chacun a été sage et a joué le jeu. Ils enlevaient une partie de leur marge pour rester accessibles », a analysé M. Ehrmann.  Ainsi l’artiste roumain Adrian Ghenie a présenté des œuvres aux alentours de 500.000 euros alors que des équivalents dépassent le million d’euros en ventes publiques.  « Jamais les artistes n’ont été aussi présents sur les stands », relève le patron d’Artprice, qui a constaté un rajeunissement de la clientèle, qui « vient très renseignée, informée ».

195 galeries ont présenté des peintures, sculptures, installations, videos de formats et types très divers, souvent au sein des mêmes galeries, sans message dominant et fort, sans thème à scandale, sans évolution marquante par rapport aux éditions précédentes. En dépit d’une tarification plus avantageuse pour les moyennes galeries, les grandes galeries, notamment américaines, ont tenu encore le haut du pavé. En marge de la FIAC, les maisons d’enchères en ont profité pour concentrer leurs plus belles ventes d’automne: le record a été à Guitare, bouteille et compotier de Pablo Picasso, vendue plus de 4 millions de dollars chez Christie’s.

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP
Mots-clés : art contemporain

Articles récents

Cafouillage autour de l’âge de départ à la retraite : « un loup » pourrait-il « bientôt sortir du bois »?

Un colloque organisé ce jeudi au Sénat a notamment montré les craintes existantes autour d’un allongement de l’âge minimal de…

22/03/2019 11:51

Loyer : la non revalorisation peut vous coûter cher si vous êtes propriétaire ou vous faire gagner beaucoup si vous êtes locataire

La revalorisation annuelle des loyers est loin d’être automatique. La moitié des propriétaires qui louent en direct ne l’appliquerait pas…

22/03/2019 11:41

Autocars « Macron » : l’offre s’adapte et varie selon les saisons

Avec près de 262 villes desservies, les autocars interurbains « Macron » desservent plus la montagne en hiver et le…

22/03/2019 10:02

Impôts 2019 : le barème kilométrique 2018 pour les voitures est paru

Ce barème est utile aux salariés qui ont intérêt à opter pour les frais réels. Il permet d’évaluer le montant…

22/03/2019 09:32

Grèves à Ryanair : la compagnie n’est pas tenue de vous indemniser

Selon deux décisions de justice rendues jeudi 21 mars, la compagnie aérienne low cost n’est pas obligée de dédommager les…

22/03/2019 08:59

Trottinettes et scooters en libre-service vont devoir sortir le porte-monnaie à Paris

La mairie de Paris va instaurer une redevance sur les véhicules en flotte libre qui parsèment les trottoirs parisiens.

21/03/2019 19:30