Le sens du détail, la recherche de l’harmonie dans la diversité, l’éclectisme humaniste, le goût de la mise en scène et d’une certaine théâtralité, l’attrait pour une forme d’exotisme cultivé, l’exigence de l’excellence, telles sont les principales caractéristiques du goût Bergé. Tout le monde connait Pierre Bergé. Le compagnon de Bernard Buffet et d’Yves Saint Laurent, l’homme d’affaires puissant et influent, le collectionneur compulsif et raffiné, le bibliophile passionné aimait créer dans ses différentes résidences (rue Bonaparte à Paris, la villa Mabrouka à Tanger, le Mas Théo à Saint Rémy de Provence ou encore la Datcha sur la côte normande) une ambiance, une atmosphère unique. Chaque demeure avait son style, sa griffe tout en reflétant l’âme de son propriétaire.

Ses intérieurs uniques reconstitués

Ces témoignages précieux seront vendus chez Sotheby’s Paris en association avec Pierre Bergé et associés du 29 au 31 octobre. Il faudra en effet pas moins de cinq vacations pour écouler les trésors accumulés par Pierre Bergé tout au long de sa vie. Dans ses locaux de la galerie Charpentier, Sotheby’s a reconstitué, avec brio, ses intérieurs uniques, images fragiles d’une culture humaniste et classique qui a tendance à disparaître dans notre univers mondialisé et hyper-connecté.

L’amateur pourra y voir des masques africains, des vanités, du mobilier du XVIIIE et du XIXe siècle, des porcelaines de Chine, des émaux de Limoges, des créations de François-Xavier Lalanne, des cabinets d’ébène, des flambeaux d’argent, des tabourets de bal inspirés du bal inca donné par la reine Hortense en 1812 aux Tuileries, un cabinet contenant d’incroyables amulettes en corail en forme de phallus d’aspect et de dimensions variables, des tapis précieux et un exceptionnel ensemble des tableaux.

On y trouve ainsi plusieurs toiles de Théodore Géricault et un immense tableau du Baron Gros représentant David jouant de la harpe pour le roi Saül. Il s’agit d’une commande faite en 1821 par Louis-Philippe, alors duc d’Orléans et futur roi des Français. L’œuvre est magnifique, caractéristique de l’esprit romantique alors en vogue. David, blond et presque raphaélique joue de la harpe dans un halo de lumière alors que le roi Saül, tourmenté et ténébreux baigne dans une atmosphère sombre, couvert d’une grande tenture rouge.

ANTOINE JEAN, BARON GROS. David jouant de la harpe pour le roi Saül ou David charmant la mélancolie de Saül
ESTIMATION  100,000 — 150,000  EUR

 

Pierre Bergé appréciait également les peintres orientalistes et détenait plusieurs œuvres d’une qualité remarquable. Parmi elles, citons un sujet classique des artistes de ce mouvement, le garde du palais. Quelle que soit son origine, il pose toujours martial et imposant, dans un uniforme coloré portant un casque rutilant. C’est le cas de ce garde nubien de Charles Knighton Warren ou de ce garde maure de Ludwig Deustch.

LUDWIG DEUTSCH. Le garde du palais. Signé, daté et situé L.Deutsch, Paris 1888.
ESTIMATION  300,000 — 500,000  EUR

Et puis, il y a des scènes sensuelles, presque lascives comme cette entrée de harem aux aurores de Jean-Jules Antoine Lecomte du Nouÿ. Les eunuques qui gardent l’entrée sont encore assoupis alors que la lumière rosée du petit matin illumine la mosquée au loin.

JEAN-JULES-ANTOINE LECOMTE DU NOUŸ. La porte du sérail, souvenir du Caire. Huile sur toile ; signé et daté Lecomte du Nouy 1876.
ESTIMATION  400,000 — 600,000  EUR

 

Et puis il y a ces toiles de Bernard Buffet conservées sa vie durant par Pierre Bergé. Elles témoignent de la passion qui les unissait, celle d’un artiste timide et solitaire et d’un homme fougueux et ambitieux. La plupart d’entre elles portent au revers la dédicace « A Pierre Bergé ». Qu’il s’agisse de son autoportrait presque tragique, de ses natures mortes tourmentées et sévères, de son atelier monacal, on y retrouve toujours l’âme du peintre, ce que Cocteau résumait d’une phrase : « Qu’on peigne un paysage ou une nature morte, on fait toujours son propre portrait ».

BERNARD BUFFET. L’atelier, 1956. Signé Bernard Buffet et daté 56 en bas à droite. Dédicace à Pierre Bergé, daté le 18 août 1956, signé Bernard buffet au dos.
ESTIMATION  80,000 — 120,000  EUR

BERNARD BUFFET. AUTOPORTRAIT SUR FOND NOIR, 1956. Signé Bernard Buffet et daté 56 en haut à droite ; daté Le 25 Mai 1956, dédicacé A Pierre Bergé et signé Bernard Buffet au dos.

ESTIMATION 100,000 — 150,000  EUR

 

 

BERNARD BUFFET.  NATURE MORTE À LA SOLE, 1952. Signé Bernard Buffet et daté 52 en haut à droite.

ESTIMATION 100,000 — 150,000  EUR

 

 

Collection Pierre Bergé, d’une demeure à l’autre

Ventes du 29 au 31 octobre, Sotheby’s Paris, 76 rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris, exposition du 25 au 29 octobre.

Plus d’informations sur www.sothebys.com