Salon du dessin 2019 : un cabinet des merveilles

A l’occasion de la 28e édition du salon du dessin, partez à la découverte de la créativité foisonnante des artistes du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

Serafino Macchiati (1861-1916), Le concert nocturne. Copyright: Pandora old masters Inc.

Depuis sa création il y a maintenant plus d’un quart de siècle, le salon du dessin est devenu une institution, une manifestation marquante attendue par tous les amateurs d’art, les institutions muséales et les collectionneurs petits et grands.

Il a beaucoup évolué. A ces débuts, il regroupait presque exclusivement de grands spécialistes du dessin ancien (de la Renaissance au XVIIIe siècle). Puis peu à peu, il s’est ouvert aux artistes du XIXe siècle et à la création contemporaine.

Cette année, il accueille 39 galeries venues du monde entier dont de prestigieux « petits nouveaux » comme la galerie autrichienne Wienerroither & Kohlbacher, qui propose toujours de très belles feuilles de Gustav Klimt et Egon Schiele ou la galerie Lancz de Bruxelles qui exposera de superbes œuvres de Léon Spilliaert.

On pourra ainsi admirer chez le premier une femme allongée à demi-nue de Klimt et une autre femme de Schiele, plus tourmentée, debout et se couvrant le visage de ses mains maigres et longues.

Gustav Klimt (1862-1918), demi nu allongé sur la droite, 1914-1915, Kundsthandel Wienerroither &Kohlbacher.
Egon Schiele (1890-1918), Femme debout se couvrant le visage de ses deux mains, 1911, Kundsthandel Wienerroither &Kohlbacher.

Chez le second une encre de chine de Spilliaert représente la véranda attenante à la maison de l’artiste donnant une impression d’enfermement, de repli sur soi et d’angoisse.

Léon Spilliaert (1881-1946), La verrière, 1909. Lancz Gallery.

Jusqu’à un très rare dessin d’Armand Seguin

L’italien Serafino Macchiati illustre quant à lui la vie sociale élégante de la Belle Epoque. La galerie Pandora présente ainsi un « concert nocturne », scène intimiste dans un intérieur bourgeois cossu. Deux femmes assises, dont l’une vient de jouer du piano, et un homme debout échangent leurs impressions. La lumière tamisée de la lampe à pétrole créée une impression de douce tranquillité, de bonheur serein.

Serafino Macchiati (1861-1916), Le concert nocturne. Pandora old masters Inc.

On pourra également contempler de beaux dessins préparatoires du symboliste français Pierre Puvis de Chavannes, notamment une étude pour Sainte Geneviève en prière de toute beauté.

Pierre Puvis de Chavannes (1824-1898), Etude pour Sainte Geneviève enfant en prière, 1876. Galerie Didier Aaron & cie.

La galerie Mathieu Néouze, qui se consacre aux artistes de la deuxième moitié du XIXe siècle et du début du XXe, devrait attirer les amateurs des dessins de Charles Angrand. Elle vend de cet artiste une Maternité dont la douceur et la tendresse ne peuvent que séduire.

Charles Angrand (1854-1926), Maternité, vers 1897. Galerie Mathieu Néouze.

Il faut également signaler chez Talabardon et Gautier un très rare dessin d’Armand Seguin, graveur du cercle de Paul Gauguin. Il représente deux jeunes baigneurs avec en arrière-plan un village et des oies dans un champ.

Armand Seguin (1869-1903), deux baigneurs, vers 1895. Galerie Talabardon & Gautier.

Vous découvrirez également un dessin d’Otto Greiner, artiste munichois, peu visible en France. Il représente trois personnes nues, un homme et deux femmes, dansant les bras levés. Le thème de la danse est récurent chez ce peintre et ses nus, masculins ou féminins sont toujours magnifiques, puissants, sculpturaux, vibrants.

Otto Greiner (1869-1916), La danse, 1895 ; galerie Martin Moeller. Copyright Christoph Irrgang.

Et l’on pourrait ainsi continuer à égrener les artistes : Piet Mondrian et un dessin de jeunesse montrant une ferme, Edgar Degas et ses danseuses, Victor Hugo et ses marines…

Mieux vaut vous rendre sur place pour tout voir et, pourquoi pas, craquer sur une belle feuille qui ornera votre nid douillet. Bonne visite et bons achats !

Salon du dessin, Palais Brongniart, place de la Bourse, 75 002 Paris, du 27 mars au 1er avril, tous les jours de 12h à20h, le jeudi 28 jusqu’à 22h. Prix d’entrée : 15 euros. Plus d’informations sur www.salondudessin.com

Sur le même thème

Marché de l'art Robin des arts Ventes aux enchères

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique