Aux enchères, cette oeuvre de Claude Monet bat un record mondial

Les grandes ventes de mai à New York chez Sotheby’s proposaient un florilège assez exceptionnel d’artistes français du XIXe siècle des impressionnistes aux peintres académiques. Parmi eux deux grands noms : Claude Monet et une magnifique toile de sa série « Les meules » puis William Bouguereau et l’un de ses tableaux les plus spectaculaires, « La jeunesse de Bacchus ».

Le premier était attendu pour une somme d’au moins 55 millions de dollars. L’estimation semblait tout à fait correcte car il s’agit d’un tableau parmi les plus beaux de l’artiste. Il dépeint les meules au soleil couchant et les effets de lumière sont exceptionnels. Il s’est vendu 110,7 millions de dollars soit 98,7 millions d’euros. Ce prix multiplie par 44 celui qu’il avait obtenu en 1986. La plus-value est loin d’être négligeable.

Claude Monet, « Les meules », estimation : plus de 55 millions de dollars, adjugé 110,7 millions de dollars, vente Sotheby’s New York, 14 mai. Copyright : Sotheby’s.

De plus, c’est le record mondial en vente publique pour l’artiste et la première œuvre d’art impressionniste à dépasser le seuil de 100 millions de dollars. Ce résultat confirme le succès inoxydable de l’impressionnisme auprès des collectionneurs.

Bouguereau laisse de marbre les amateurs

La jeunesse de Bacchus est l’une des œuvres les plus abouties de William Bouguereau, le roi des peintres académiques français. Cette toile immense, qui provenait directement de la descendance de la famille de l’artiste, était estimée 25 à 35 millions de dollars. L’artiste avait mis trois ans à achever ce tableau monumental. La virtuosité de la facture, l’équilibre de la composition de cette frise ont laissé de marbre les amateurs. Le tableau a été ravalé à 18 millions de dollars. Cet échec s’explique en partie par la taille du tableau difficile à faire entrer dans un intérieur, sauf à habiter un loft de plusieurs centaines de mètres carrés doté d’une hauteur sous plafond phénoménale.

William Bouguereau, « La Jeunesse de Bacchus », estimation : 25 à 35 millions de dollars, non adjugé, vente Sotheby’s New York, 14 mai. Crédit: Sotheby’s.

On peut aussi considérer que l’estimation était trop haute. Enfin, les thèmes mythologiques ne séduisent qu’une clientèle restreinte d’amateurs, pétris de culture classique. Ce qui a pour conséquence d’exclure des acheteurs potentiels une bonne partie des ultra-riches de la planète susceptibles d’investir plusieurs dizaines de millions de dollars dans un tableau.

En fait, ce tableau aurait toute sa place au musée d’Orsay mais ce dernier n’a pas les moyens de se l’offrir !

Robin Massonnaud

Partager
Publié par
Robin Massonnaud

Articles récents

Assurance vie Hélios Sélection du Conservateur: un contrat qui revêt plusieurs atouts

Mention « bien » dans nos Grands Prix 2019, ce contrat a plusieurs atouts, notamment un fonds en euros lucratif.

18/08/2019 19:16

Assurance vie Winalto de la Maaf: un contrat simple mais aux résultats mitigés

Le fonds en euros de ce contrat délivre un taux à peine au-dessus du marché.

18/08/2019 18:21

Investir dans une Sofica : risqué mais à fort pouvoir défiscalisant

Souscrire au capital d’une société de financement du cinéma et de l’audiovisuel (Sofica) permet de soutenir la production audiovisuelle et…

18/08/2019 13:21

Est-ce une faute que de demander tardivement le versement de la rente d’un Perp ?

Vous avez pris votre retraite et n’avez toujours pas demandé le versement de la rente viagère de votre Perp ?…

18/08/2019 08:27

Assurance vie Multi Vie de la Macif : un contrat qui retrouve des couleurs

Tous les contrats ont repris timidement la pente ascendante après des années noires.

17/08/2019 19:30

Assurance vie RES Multisupport de la MACSF: un contrat aux nombreuses qualités

Ce contrat jouit par ailleurs d’une offre financière d’une finesse incontestable.

17/08/2019 18:12