Biennale de Paris 2019: une édition modernisée

Il faut faire fi des atermoiements, des rumeurs et des supputations. On la disait à l’agonie, destinée à disparaître. Et pourtant elle ouvre ses portes le 13 septembre pour cinq jours. La Biennale Paris, baptisée également de façon un peu pompeuse « The Universelle Art Fair » se tient, comme prévu, sous la verrière du Grand Palais dans une scénographie orchestrée par le décorateur Vincent Darré.

Elle se veut plus moderne, ouverte à l’art contemporain et au design de façon à séduire une clientèle plus jeune. C’est ainsi que le visiteur pourra contempler grâce au partenariat signé avec la Patinoire Royale de Bruxelles une œuvre monumentale et colorée de l’artiste vénézuélien Carlos Cruz-Diez.

L’émirat du Bahreïn est l’invité d’honneur de cette édition et présente un ensemble de pièces représentatives de la création contemporaine des pays du Golfe.

Une section « nouveaux talents », un peu à l’image de showcase à la Tefaf, est également créée et permet de découvrir une douzaine de jeunes marchands. Enfin, l’Hôtel Drouot dispose d’un stand sur lequel sont présentés les lots phares des ventes de fin d’année.

La vitrine de l’art français

Toutes ces initiatives n’enlèvent rien à ce qui fait l’essence de la Biennale : être la vitrine de l’art français. De ce point de vue, le visiteur ne sera pas déçu.

Les créations de l’Art déco y sont, comme d’habitude, nombreuses. Vous découvrirez ainsi un précieux guéridon en ébène de Macassar de Jacques-Emile Ruhlmann (1879-1933) à la galerie Mathivet, un merveilleux et délicat paravent aux oiseaux en laque sur fond d’or de Jean Dunand (1877-1942) chez Michel Giraud ou un bureau plus strict en palissandre de Rio réalisé par Pierre Chareau présenté par la galerie Marcilhac.

Jacque-Emile Ruhlmann, guéridon, ébène de macassar, 1933, galerie Mathivet
Jean Dunand, paravent aux oiseaux, laque sur fond or, vers 1930-1931, galerie Michel Giraud
Pierre Chareau, bureau modèle MB113, palissandre de Rio, 1932, galerie Marcilhac

Pour les peintres et les sculpteurs français du XIXe et du XXe siècle, le choix est vaste. Vous hésiterez certainement entre « La pergola à l’automne, Marquayrol » d’Henri Martin qui sera vendu à l’automne à Drouot ou le très symboliste « L’âme de la source », une œuvre caractéristique d’Edgar Maxence exposée par la galerie Ary Jan.

Henri Martin ; « La pergola à l’automne, Marquayrol », vers 1910-1920, Vente Hôtel Drouot
Edgar Maxence, « L’âme de la source », galerie Ary Jan

Quant aux sculpteurs, là encore les bronzes Art déco séduisent. C’est notamment le cas de ces danseurs, une grande pièce de Joseph Bernard (1866-1931) que vous pourrez contempler sur le stand de l’Univers du bronze.

Joseph Bernard, Danseurs (second état, 75,8 cm), bronze, L’Univers du Bronze

Pour l’art contemporain vous aurez également matière à réflexion et vous hésiterez certainement entre plusieurs belles pièces. L’une des plus belles est une œuvre de Sam Szafran que propose la galerie Claude Bernard.

Sam Szafran, sans titre, galerie Claude Bernard

Enfin, je ne résiste pas à l’envie de vous présenter un ivoire indo-portugais du XVIIe siècle proposée par la galerie Sao Roque qui a, comme l’an passé, l’un des plus beaux stands de la Biennale. Il s’agit d’une représentation de l’Enfant Jésus Bon Pasteur. De belle hauteur (44,5cm), cette sculpture est d’une extraordinaire finesse.

Enfant Jésus Bon Pasteur, ivoire indo-portugais, XVIIe siècle, 44,5 cm), galerie Sao Roque

Biennale de Paris, Grand Palais, avenue Winston Churchill, 75 008 Paris, du 13 au 17 septembre, de 11h à 22h, le 17 jusqu’à 18h, Prix d’entrée : 35 euros. Plus d’infos : www.labiennaleparis.com

Robin Massonnaud

Partager
Publié par
Robin Massonnaud
Mots-clés : Robin des arts

Articles récents

La Bourse de Paris n’est pas parvenue à rebondir après sa chute de la veille

Après avoir évolué légèrement dans le vert une grande partie de la séance, le CAC 40 a finalement clôturé en…

22/09/2020 18:55

Le Livret A continue à faire le plein

Le Livret A a enregistré au mois d’août une collecte une nouvelle fois soutenue, portant à près de 25 milliards…

22/09/2020 16:54

Une étude estime à 410 milliards d’euros le coût des abus payés par les banques

Un centre de recherche sur les banques (Centre for Banking Research- CBR) a analysé les coûts de l’inconduite des vingt…

22/09/2020 16:28

Les niveaux d’épargne sont importants, mais les montants placés baissent

Quelles sont les pratiques des épargnants durant la crise sanitaire ? Leur épargne, subie avec la crise et plutôt localisée sur…

22/09/2020 15:43

Immobilier : légère augmentation des loyers au deuxième trimestre 2020

Les loyers connaissent une légère hausse de 0,1% en avril, mai et juin, selon l’Insee dans son dernier bulletin.

22/09/2020 15:35

Hausse spectaculaire du paiement sans contact en France

Selon le dernier rapport de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement, l’usage des moyens de paiement dématérialisés s’est…

22/09/2020 14:24