Anto Carte, un grand artiste belge en vente à Paris chez Sotheby’s

Pour les Français les grands artistes belges sont Pieter Brueghel l’ancien, René Magritte, Paul Delvaux ou encore Wim Delvoye et Jan Fabre. Mais on fait volontiers l’impasse sur de grands peintres difficilement rattachables à une école. C’est le cas d’Anto Carte (1886-1954).

Ce fils de menuisier, formé à l’Académie de Mons puis de Bruxelles a découvert à Paris l’œuvre de Pierre Puvis de Chavannes et de Maurice Denis. En 1923, il participe à l’exposition parisienne des « Imagiers belges » avec Gustave van de Woestyne et Valerius de Saedeleer. Cinq ans après, il fonde avec ses amis le groupe Nervia, équivalent wallon de l’expressionisme belge.

Mais l’artiste n’appartient à aucune école et reste indifférent au cubisme et au surréalisme. Son œuvre est un mélange subtil de naturalisme teinté de symbolisme dans laquelle la figure humaine est le thème central. Il peint avec beaucoup de sensibilité le monde paysan mais également les saltimbanques, les arlequins ou les musiciens des rues sans oublier les sujets religieux comme le Fils prodigue, la Pietà ou l’Annonciation, témoignages de sa foi profonde.

Longtemps oublié, il intéresse à nouveau beaucoup les collectionneurs. A la BRAFA de Bruxelles, les grandes galeries belges présentent toujours plusieurs de ses tableaux.

Depuis peu, il est présent dans les salles de ventes à Paris et sa cote explose. En mars dernier, Sotheby’s adjugeait ainsi un très beau tableau « Le pain » pour 516 500 euros sur une estimation de 120 000 à 180 000 euros. Il représente un couple de paysans attablés se partageant une grosse miche de pain autour d’un bol de café alors qu’au loin un semeur s’active dans les champs.

Neuf œuvres d’Anto Carte du même collectionneur

Le 17 octobre prochain Sotheby’s Paris récidive et présente neuf œuvres du peintre provenant du même collectionneur. On y trouve tous les thèmes chers à l’artiste, le travail, les artistes de rue et les paysans.

L’un des tableaux représente ainsi un batelier dans sa barque aux épaules larges, aux mains puissantes et rugueuses entouré de sirènes aux formes voluptueuses tentant de le séduire. L’homme, même s’il les regarde, reste concentré sur l’effort et rame comme indifférent à leur chant. Cet Ulysse moderne à la peau burinée semble las, fatigué par son labeur. Et pourtant il ne renonce pas et avance. Cette grande toile est estimée 200 000 à 300 000 euros.

Anto Carte, LE BATELIER ET LA SIRÈNE (OU LES SIRÈNES), huile et tempera sur toile, Estimation 200.000 — 300.000 €. Crédit : Sotheby’s/Art digital studio

Une autre toile dépeint deux musiciens ambulants et aveugles. Ils semblent indifférents au monde qui les entoure, gardant ainsi leur dignité alors qu’ils cherchent à gagner quelques sous pour survivre. A l’arrière, des personnages bien mis donnent de l’argent à une pauvre femme portant son enfant. Ce tableau sobre, à la composition étudiée est une déclaration d’humanisme et d’amour des plus faibles et des plus fragiles. Il est estimé 160 000 à 180 000 euros.

Anto Carte, LES MUSICIENS AVEUGLES, signé anto.carte et daté 1927 (en bas à droite), huile sur toile Estimation : 160,000 — 180,000 €. Crédit : Sotheby’s/Art digital studio

Une dernière œuvre représente un haleur et son puissant cheval de trait au repos. Le labeur est terminé et le cheval va bientôt retrouver l’écurie. Une complicité entre l’homme et l’animal transparait. Tout est calme, apaisé. Le temps s’arrête pour un repos bien mérité. Ce beau tableau est estimé 80 000 à 120 000 euros.

Anto Carte, LE HALEUR, signé Anto CARTE, daté 1914, huile sur toile, Estimation : 80.000 – 120.000 €. Crédit : Sotheby’s/Art digital studio

Sotheby’s Paris, Art impressionniste et moderne, 17 octobre, exposition du 11 au 16 octobre. Plus d’informations sur www.sothebys.com

Robin Massonnaud

Partager
Publié par
Robin Massonnaud

Articles récents

Immobilier : même éradiquée, la mérule doit être signalée à l’acquéreur

Un acheteur a porté son affaire en justice pour obtenir la nullité de la vente car pour lui, le fait…

16/11/2019 18:00

Le stationnement des deux-roues motorisés à Paris reste gratuit, pour l’instant

La proposition de le rendre payant déposée par l'élu de centre-droit Pierre-Yves Bournazel a été rejetée jeudi par plusieurs groupes.

16/11/2019 12:44

Le coût réel d’un bien immobilier va bien au-delà du prix d’achat, et c’est encore plus vrai dans le cadre d ‘un investissement locatif

Pour déterminer avec lucidité votre capacité financière à tenir vos engagements dans le temps, tant vis-à-vis de la banque, que…

16/11/2019 08:15

Réforme des retraites: si la « clause du grand-père » était « retenue », elle devrait s’appliquer à tous

La "clause du grand-père", envisagée par Emmanuel Macron pour ménager les régimes spéciaux, a suscité récemment un cafouillage au sein…

15/11/2019 19:31

Le Pinel attaqué de toutes parts

Après le PTZ, le Pinel, une des principales aides à la propriété, est à son tour la cible de critiques.

15/11/2019 15:41

Orange Bank se lance dans le crédit immobilier

Grâce à un partenariat avec le promoteur Nexity, Orange Bank ajoute la corde du crédit immobilier à son arc.

15/11/2019 15:37