Des sculptures de danseuses et de petits animaux chez Christie’s, un panorama des années 1900 à l’Art déco

La vente Design de Christie’s propose un ensemble extraordinaire d’œuvres des artistes Agathon Léonard et Jan et Joël Martel. Le succès devrait être au rendez-vous.

La vente design orchestrée le 19 novembre prochain par Christie’s est diablement séduisante. Crédit: iStock.

La vente design orchestrée le 19 novembre prochain par Christie’s est diablement séduisante. Elle embrasse plusieurs époques de l’art, de la fin du XIXe siècle aux créations des années 50. Le visiteur de l’exposition qui se tient jusqu’au lundi 18 novembre dans les salons de la maison Christie’s, avenue Matignon, plonge dans des ambiances différentes et parcourt plusieurs décennies de créativité en passant d’un salon à l’autre.

Il découvrira ainsi un bel ensemble de meubles créé au début des années 50 par Charlotte Perriand, Jean Prouvé et Pierre Jeanneret pour une villa de vacances construite par ce dernier sur l’île de Bréhat. Une bibliothèque conçue par Charlotte Perriand pour la maison de la Tunisie est également présentée assortie d’une estimation de 100 000 à 150 000 euros.

Du côté de l’Art déco, un bel ensemble de panneaux en laque de Jean Dunand, des meubles d’Armand-Albert Rateau, Paul Iribe ou Emile-Jacques Ruhlmann devraient également provoquer de belles batailles d’enchères. De même pour plusieurs pièces de Diego Giacometti.

Mais l’originalité de la vente est ailleurs. Christie’s propose en effet un grand nombre de sculptures appartenant à deux univers, celui d’Agathon Léonard (1841-1923) représentatif de la Belle Epoque et de l’Art nouveau et celui de de Jan et Joël Martel (tous les deux 1896-1966) typique de l’Art déco.

Jan et Joël Martel, Nu de femme modèle créé pour la 2e exposition de l’UAM (union des artistes modernes) 1931. Estimation 10 000 à 15 000 euros.

D’origine belge Agathon Léonard s’est très vite installé à Paris, exposant pour la première fois ses œuvres au Salon de 1868. Mais c’est en 1900, à l’occasion de l’Exposition Universelle de Paris qu’il remporte un succès extraordinaire en présentant au public un surtout de table en biscuit de Sèvres intitulé Le jeu de l’écharpe.

Il prend la forme d’une dizaine de danseuses vêtues à la grecque de drapés fluides et plissés élégants. Elles esquissent une chorégraphie mystérieuse et s’apparentent aux créatures lointaines et fascinantes des peintres symbolistes et préraphaélites.

Agathon Léonard, Danseuse au cothurne, première grandeur (53cm), modèle n 5, créé entre 1897 et 1899, édition Susse à partir de 1901. Estimation 15 000 à 20 000 euros.
Agathon Léonard, Danseuse à l’écharpe genou levé, première grandeur (60 cm), modèle 12, créés entre 1897 et 1899, édition Susse à partir de 1901. Estimation 20 000 à 30 000 euros.

L’engouement est tel que cet ensemble est vite décliné en bronze et en porcelaine de Sèvres de différentes tailles pour le plus grand bonheur des amateurs. Un surtout est même offert par la République Française au tsar Nicolas II et à la tsarine Alexandra Feodorovna pour sceller l’amitié et l’alliance des deux pays. Christie’s propose un étourdissant ensemble de pièces de ce surtout de différentes tailles en bronze, biscuit ou en bronze et ivoire qu’on appelle statues chryséléphantines. Ces créatures idéales sont un hymne à la féminité et risquent d’envoûter bien des collectionneurs. Les estimations commencent à 8 000 euros pour aller jusqu’à 90 000 euros pour un surtout de douze pièces en biscuit de Sèvres.

Agathon Léonard, Danseuse aux pipeaux et Danseuse aux cymbales, première grandeur (50 cm et 46 cm), modèles 8 et 10, créés entre 1897 et 1899, édition Susse à partir de 1901. Estimation 35 000 à 45 000 euros.

Les frères jumeaux Jan et Joël Martel appartiennent à un univers bien différent celui de l’Art Déco moderniste. Membres de l’Union des Artistes Modernes, ils utilisent les matériaux contemporains : ciment, pierre reconstituée, laiton, béton, fer, zinc sans pour autant dédaigner le verre, ou les bois précieux. Leurs créations sont très diverses : grands monuments commémoratifs, bas-reliefs monumentaux, représentations humaines aux formes presque cubiques mais également de ravissantes petites sculptures animalières expressives et tendres. Christie’s propose ainsi un beau panel de cette créativité tous azimuts, les estimations s’échelonnant entre 3 000 euros et 80 000 euros.

Jan et Joël Martel, Pigeon à queue plate, noyer et acajou des Caraïbes, numéroté 2. Estimation 3 000 à 5 000 euros.

Vente Design, Christie’s Paris, 19 novembre. Exposition au 9, avenue Matignon, 75 008 Paris. Plus d’informations sur christies.com

Sur le même thème

Robin des arts Ventes aux enchères

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique