Un portrait de la Reine Vierge en vente à Londres chez Bonhams

Le 4 décembre prochain un rare portrait d’Elisabeth Ire sera mis en vente par la maison Bonhams. Il date des premières années de son règne.

C'est le nettoyage d’un tableau anonyme du XVIIe siècle qui a permis de découvrir un visage connu, celui de la reine Elisabeth Ire. CRédit: Bonhams.

C’est en procédant au nettoyage d’un tableau anonyme du XVIIe siècle que le restaurateur découvre un visage connu, celui de la reine Elisabeth Ire, reine d’Angleterre de 1558 à 1603. Après des recherches effectuées par des spécialistes de la maison de vente Bonhams, il est montré au Yale Center for British Art qui confirme bien qu’il s’agit d’un portrait de la Reine Vierge, certainement réalisé vers 1562, soit quatre ans après sa montée sur le trône.

C’est une époque encore assez trouble pour la fille d’Henri VIII et d’Anne Boleyn qui n’a pas encore l’assurance qu’on lui connait. Ce portrait, qu’il est possible d’attribuer à l’atelier de l’artiste flamand Steven van der Meulen, actif à la Cour des Tudor, veut donner de la reine une image d’autorité et de confiance en soi. C’est en fait un outil de propagande destiné à démontrer la puissance de la souveraine.

Dans sa main gauche, la reine tient une rose rouge et son bras droit repose sur un coussin brodé. Elle ne nous regarde pas, car sa majesté suppose qu’elle est bien au-dessus de nous. Elle est au-delà de l’être humain. Elle est somptueusement vêtue d’une robe aux lourds tissus richement ornés, bordés de fourrure.

Portrait d’Elisabeth Ire, atelier de Steven van der Meulen, vers 1562, estimation : 150 000 à 250 000 livres (environ 180 000 à 290 000 euros). Copyright : Bonhams
Portrait d’Elisabeth Ire, atelier de Steven van der Meulen, vers 1562, estimation : 150 000 à 250 000 livres (environ 180 000 à 290 000 euros). Copyright : Bonhams

Les dentelles de sa chemise sont d’une exceptionnelle finesse. Le faste de ses bijoux atteste de sa très haute position sociale et l’éloigne encore plus du commun des mortels. Son visage est froid, lointain, digne, hermétique.

Une femme moderne pour l’époque

Pourtant à cette époque, elle n’était pas encore la Reine Vierge qu’on peut voir sur certains portraits qui font d’elle une icône enchâssée dans les pierreries et les amples robes de cour. Son mariage est envisagé et les candidats ne manquent pas : Philippe II d’Espagne, Erik XIV de Suède, Ferdinand-Charles d’Autriche mais aussi son favori Robert Dudley. Mais comme nous le savons tous, Elisabeth Ire était pour l’époque une femme moderne, soucieuse de son indépendance et de celle de son royaume. Le mariage en aurait fait une femme soumise à son époux, ce qu’elle refusait.

Ce magnifique et rare portrait de la reine, alors âgée d’une trentaine d’année, est assez modestement estimé 150 000 à 250 000 livres. Il pourrait faire beaucoup plus.

Old Master Paintings, vente du 4 décembre 2019, Bonhams, 101 New Bond Street, Londres, exposition du 30 novembre au 4 décembre. Plus d’information sur bonhams.com

Sur le même thème

Robin des arts

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique