EN IMAGES : ces merveilles à découvrir à l’occasion de la Biennale des antiquaires de Paris

Après bien des atermoiements et des rumeurs dans le microcosme du marché de l’art qui s’interrogeait sur la survie de la Biennale et sa tenue à l’automne 2018, les Cassandre seront déçus. Le plus prestigieux salon français d’antiquaires et de galeries d’art tiendra bien sa 30e édition sous la verrière du Grand Palais. Dans une scénographie originale conçue par Jean-Charles de Castelbajac, les amateurs parcourront les allées afin de découvrir les merveilles sélectionnées par les 85 exposants.

La qualité est au rendez-vous

Mathias Ary Jan, le président du syndicat national des antiquaires, organisateur de cette manifestation, souligne l’importance accordée au vetting (l’expertise) et l’indépendance des spécialistes de la commission d’admission des œuvres, sans liens avec les exposants, qui examineront près de 5 000 objets. Leur travail permet en effet de garantir la qualité, l’ancienneté et l’authenticité des oeuvres proposées aux visiteurs.

La diversité des époques et des styles est également un atout majeur de la Biennale. D’un stand à l’autre, on passe des vases de l’Antiquité grecque à la statuaire Renaissance ou Baroque puis on admire les masques des civilisations précolombiennes avant de s’extasier devant les tableaux du Grand Siècle français ou d’artistes modernes et contemporains. Sans oublier de s’intéresser au mobilier, une spécialité toujours bien représentée à la Biennale, qu’il s’agisse des sièges du XVIIIe siècle (marquises, duchesses brisées…), des plus belles pièces de l’Art nouveau, de l’Art déco ou des créations design. Vous découvrirez également des objets d’art de la Wiener Werkstätte (association d’artistes viennois du début du XXe siècle), des paysages d’artistes flamands et hollandais du XVIIe siècle, de merveilleuses estampes japonaises d’Utamaro ou Harunobu, des sculptures d’art Khmer ou chinois et des bijoux vintage signés des noms les plus célèbres de la place Vendôme.

Et si vous n’êtes pas encore arrivé à satiété, vous aurez l’occasion de découvrir une sélection des trésors de la collection napoléonienne de Pierre-Jean Chalençon, l’animateur-vedette « D’affaire conclue » sur France 2. Attention, les merveilles de cette collection ne sont pas à vendre mais prêtées par le sympathique trublion des ventes télévisuelles pour éveiller l’intérêt des visiteurs sur une période majeure de notre histoire.

Il ne vous restera plus qu’à faire votre choix et à craquer pour l’objet de vos rêves. Comme dans toutes ces manifestations de prestige, les prix sont assez élevés mais il existe toujours une marge de négociation qui vous permettra de succomber sans vous ruiner.

Pour vous mettre l’eau à la bouche et la main au portefeuille, visionnez notre petite sélection des objets proposés aux amateurs.

Informations pratiques :

Biennale Paris, Grand Palais, du 8 au 16 septembre, de 12h à 20h, nocturnes les 13 et 15, Prix d’entrée : 35 euros. Renseignements : biennaledesantiquairesparis

Tête de Bouddha – Marbre blanc Chine septentrionale, région du Hebei Dynastie des Qi du Nord VIème siècle. ©Galerie Jacques Barrère

Salvador Dali – Le Triomphe de Tourbillon, 1943-Huile sur toile-31 cm x 39,5 cm. © Raphaël Roux dit Buisson

Paire de boucles d’oreilles en sertie de saphir mystérieux de la maison Van Cleef Arpels. ©Galerie Alain Pautot

Joos de Momper le Jeune et Jan Breughel de Velours, Paysage panoramique avec les moissons, 1610-1620. ©Galerie Florence de Voldère

Louis CRESSON, Fauteuil, vers 1740. ©Charles Hooreman

Kitagawa UTAMARO, Kinuta no Tamagawa (La Rivière de Cristal Kinuta), 1795-96. © Galerie Tanakaya

 

Jean DUNAND, Les Vendanges, Circa, 1935. ©Galerie Marcilhac

 

Gio Ponti & Piero Fornasetti, Petit bureau concu en 1950 à décor ‘Coromandel’ Lithographié sur bois, acajou, bakelite et laiton, avec étiquette ‘Fornasetti Milano’. Italie vers 1960.©Robertaebasta

Ferdinando Tacca, Cheval, XVIIe. ©Galerie Steinitz

 

Emiel Veranneman paire de bibliothèques Vasarely 1970. © Galerie Martel-Greiner

Charles Beaubrun et Henri Beaubrun. Portait d’une dame de qualité à la robe de satin blanc tenant un miroir dans la main droite, XVIIe siècle. © Galerie Alexis Bordes

Berthe Morisot. Portrait de Louise Riesener, 1881. © Damien Boques Art

Attribué à Giuseppe Sanmartino (1720-1793). Ange terre cuite polychromée, incrustations de verre Naples Vers 1750 H. 35 cm. ©Galerie Sismann

André Groult, Cabinet en marqueterie de paille, Circa 1930. ©Galerie Michel Giraud

 

Robin Massonnaud

Partager
Publié par
Robin Massonnaud
Mots-clés : Marché de l'art

Articles récents

Prime d’activité, mode d’emploi

Versée aux travailleurs dont les revenus professionnels ne dépassent pas 1,5 Smic, la prime d’activité est désormais plus élevée et…

23/01/2019 18:10

La France toujours championne du monde des dépenses sociales publiques

Selon un classement de l’OCDE, la France conserve sa place de pays riche le plus généreux en matière de retraite,…

23/01/2019 17:18

Bourse : Carrefour bondit grâce à des ventes restées solides

Le titre Carrefour caracole en tête du CAC 40 grâce à des résultats satisfaisants, y compris en France malgré la…

23/01/2019 14:31

Grand débat: l’association 40 millions d’automobilistes lance son propre site internet pour recueillir les inquiétudes des usagers de la route

Jugeant que les questions de mobilité sont négligées dans le grand débat orchestré par le gouvernement, l’association 40 millions d'automobilistes…

23/01/2019 11:35

Les épargnants doivent être mieux informés sur la finance durable

Les produits financiers durables sont peu visibles et peu compréhensibles par les épargnants. Le Cese préconise de rendre obligatoire une…

23/01/2019 11:01

Avec les prévisions des gérants d’actifs pour l’année boursière 2019, on peut se dire que tout ne va donc pas si mal. A moins que…

Réconfortés par l’éloignement de la probabilité d'une récession, les gérants d'actifs abordent l'année en cours avec une prudence raisonnable. Des…

22/01/2019 17:32