Quel sort pour votre capital investi chez Aristophil ?

Mis en liquidation judiciaire, la société Aristophil voit son fonds de lettres et manuscrits signés par les plus grands artistes mis aux enchères. Par ce biais, les particuliers qui ont placé tout ou partie de leurs économies dans ces documents rares espèrent récupérer leur mise.

La société Aristophil a été mise en liquidation en 2015. la société avait profité pendant des années d’une vaste escroquerie supervisée par son fondateur Gérard Lhéritier.©Istock

Au total, 18 000 particuliers ont été floués par la société Aristophil. Cette entreprise proposait d’investir dans des lettres et manuscrits signés par les plus grands artistes. Un placement « sans risque » promettait Aristophil qui laissait également entrevoir un rendement de 8%. Cet investissement s’avère au final être une vaste arnaque basée sur le système de la pyramide de Ponzi. Le capital investi par les particuliers n’est rémunéré que par l’apport financier des nouveaux investisseurs. Mise en liquidation judiciaire, la société voit son fonds mis aux enchères. Vincent A. lecteur de Mieux Vivre Votre Argent est directement concerné par cette affaire. Il s’interroge sur son cas :

En 2011, j’ai placé 79 500 euros en achetant 53 parts de 1 500 euros chacune dans l’indivision « De la Section d’or à l’Abstraction lyrique » proposée par la société Aristophil, aujourd’hui en liquidation judiciaire. Les liquidateurs de l’entreprise me précisent que je ne peux pas me présenter comme créancier chirographaire car j’ai des droits dans une indivision détenant des lettres et documents qui seront vendus et dont je toucherai une quote-part. Qu’en pensez-vous ?
Vincent A., 62149 Festubert

La réponse de la rédaction.

Les liquidateurs de la société ont raison. Un créancier chirographaire est un créancier simple qui ne dispose d’aucune garantie particulière (privilège, nantissement, hypothèque) lui permettant d’être payé avant les autres créanciers sur le prix de vente des biens de son débiteur. Ce n’est pas votre cas. Vous avez en effet des droits sous la forme de 53 parts dans une indivision constituée par Aristophil. Cette indivision détient un patrimoine de lettres et manuscrits qui fera l’objet de l’une des nombreuses vacations (environ 300) supervisées par plusieurs maisons de ventes sous l’égide des liquidateurs. Ces derniers vous verseront donc automatiquement une quote-part du prix de cession de l’ensemble à hauteur des droits que vous avez dans l’indivision. 

Malheureusement, il est peu probable que vous récupériez le montant de votre mise ou votre capital valorisé des mirobolants rendements de 8% par an promis par Aristophil. En raison du nombre très important de documents à vendre, le marché risque d’avoir du mal à tout absorber et les cotes peuvent stagner, voire s’effondrer. De plus, Aristophil vendait des oeuvres originales en indivision à ses investisseurs à des prix souvent largement surévalués. Il faut donc vous attendre à une perte en capital.

A LIRE AUSSI >> Aristophil : les enchères du scandale

Sur le même thème

Aristophil Vente aux enchères

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique