Se connecter S’abonner

Pour revenir sur Orpea, le marché attend de nouveaux catalyseurs

En Bourse, Orpea, le leader européen de la prise en charge des personnes dépendantes manque de ressorts depuis 1 mois et depuis l'inscription de son dernier record historique de 107,35 euros en date du 11 septembre. le groupe confirme son objectif de l'année visant au moins 10% d'augmentation de ses revenus.
Le cours de Bourse d’Orpea reflue de près de 6% et le mouvement traduit des prises de bénéfices0 après un très beau parcours (+32%) constaté depuis le début de l’année. ©iStockPhoto

Le titre Orpea manque de ressorts depuis 1 mois et depuis l’inscription de son dernier record historique de 107,35 euros en date du 11 septembre. Son cours de Bourse reflue de près de 6% et le mouvement traduit des prises de bénéfices après un très beau parcours (+32%) constaté depuis le début de l’année.

Reste qu’aux niveaux de valorisation de 31,8 et 27,8 fois les profits estimés pour cette année et 2018 auxquels se traite le titre, le marché attend de nouveaux catalyseurs avant de revenir sur le dossier de façon plus agressive. Or pour l’instant, la société en manque et son chiffre d’affaires du troisième trimestre n’a pas créé la surprise.

Une dynamique tirée par l’international

D’excellente facture, il est ressorti parfaitement en ligne avec les anticipations, en hausse de 10% à 796,9 millions. La moitié de cette performance provient de la consolidation des récentes acquisitions réalisées en Suisse (Spitex), en Tchéquie (Anavita) et en Autriche (Dr. Dr. Wagner) tandis que la dynamique interne (+4,9%) est alimentée par la montée en puissance du groupe à l’international, par le maintien de taux d’occupation élevé au sein du portefeuille d’établissements et par l’ouverture de 1400 nouveaux lits.

En France, en revanche, pays sur lequel le groupe réalise encore 55% de son chiffre d’affaires, la croissance organique est logiquement plus faible (+3%) et a atteint un seuil de maturité dans la mesure où la stratégie de développement se situe clairement à l’international (Europe, Chine et Amérique du Sud).

En cumulé à fin septembre, l’activité a progressé de 10,3% à 2,32 milliards d’euros (+5,3% en organique) et le groupe confirme sans difficulté son objectif de l’année visant au moins 10% d’augmentation de ses revenus à plus de 3,12 milliards.

L’annonce d’une nouvelle acquisition réalisée en Allemagne dans le domaine de l’hospitalisation de jour avec la société Inoges devrait participer à l’atteinte de cet objectif. Cette nouvelle filiale a dégagé l’an dernier un volume de 50 millions et ambitionne d’atteindre 65 millions de facturations à un horizon de 3 à 4 ans. D’autres opérations devraient suivre. Cela fait partie de la stratégie d’Orpea et son bilan le lui permet. Son endettement net équivalent à 1,7 fois les fonds propres est important mais une partie est adossée sur le patrimoine immobilier.

Nous reconduisons notre « avis plutôt positif » sur le titre.

Les plus et les moins du dossier
+ Une tendance structurelle au vieillissement de la population
+ Une position dominante en Europe
– Des ratios de valorisation tendus