Se connecter S’abonner

Coronavirus : les principaux chiffres du projet de budget rectifié pour 2020

Pour faire face à la récession la plus forte qu’ait connue la France depuis 1945, le gouvernement a décidé de doubler son plan d’urgence et de le porter à 100 milliards d’euros. En conséquence, le déficit public va grimper à 7,6% du PIB, et la dette publique à 112%.

insee
Crédits: iStock.

Le projet de budget rectifié par le gouvernement pour 2020 prévoit une forte hausse des dépenses et un renforcement du plan d’urgence pour faire face à la récession provoquée par le coronavirus. En voici les principaux chiffres :

– 6%

Le gouvernement s’attend à une récession brutale de 6%, soit la plus profonde qu’ait connue la France depuis 1945. Ce chiffre demeure toutefois provisoire. Si le confinement se prolonge, la crise pourrait encore s’aggraver. Selon l’OCDE, chaque mois de confinement coûte 2 points de PIB aux Etats.

7,6%

Avec une hausse considérable des dépenses publiques pour faire face à la crise, le déficit public français atteindra cette année 7,6%, plus de 2,5 fois celui de l’an dernier qui avait atteint 3%, le maximum autorisé par les normes de la zone euro. Rien que celui de l’Etat passera cette année à 170 milliards d’euros, soit près du double des 93 milliards prévus dans le budget initial présenté en septembre.

112%

L’explosion de la dépense publique va porter l’endettement français à 112% de son produit intérieur brut (PIB), soit 14 points de plus que l’an dernier (98%). La France deviendra ainsi l’un des Etats les plus endettés de la zone euro, après la Grèce et l’Italie, voire l’Espagne.

100 milliards

C’est le montant du plan d’urgence du gouvernement pour porter secours à l’économie française, soit plus du double des 45 milliards d’euros prévus dans le précédent budget rectificatif approuvé à la fin du mois de mars. Les mesures budgétaires seront ainsi triplées à 35 milliards d’euros contre 12 milliards auparavant. Le montant prévu pour le chômage partiel passe de 8,5 à 20 milliards d’euros. Le fonds de solidarité, qui prévoit des indemnisations pour les très petites entreprises, passe à 6 milliards contre 1 milliard auparavant. 700.000 entreprises ont déjà sollicité cette aide en mars.

7 milliards

Le montant des dépenses exceptionnelles pour la santé s’accroît de 2 à 7 milliards d’euros dans le budget rectifié. Il inclut les 4 milliards d’euros pour l’achat de matériel sanitaire annoncés par le président de la République. Selon le ministre des Finances, Bruno Le Maire, le gouvernement est en train de « revoir les autres enveloppes, notamment la revalorisation des personnels soignants ».

1 milliard

Le gouvernement renforce le Fonds de développement économique et social pour les PME au bord de la faillite en l’abondant jusqu’à hauteur d’1 milliard d’euros.