Se connecter S’abonner

L’inflation à un niveau encore « très élevé » dans les mois qui viennent, selon Bruno Le Maire

Le ministre de l’Économie a évoqué des « indicateurs positifs » concernant l’inflation, qui devrait cependant rester importante début 2023.

svb
Crédit : NICOLAS MESSYASZ/SIPA/1903201500

L’inflation a atteint 6,2 % sur un an au mois de novembre. Le pic tant attendu n’est donc pas encore survenu et les prévisions pour l’année prochaine ne sont pas particulièrement optimistes. « Ça se terminera dans le courant de 2023 », a tout de même affirmé sur CNews, mercredi 14 décembre, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire. « Je ne vais pas vous cacher que les mois qui viennent, du point de vue de l’inflation, resteront difficiles. L’inflation continuera à rester à un niveau très élevé », a-t-il cependant tempéré.

Fin de l’inflation en 2023, croissance en 2024

Le ministre a rappelé que les causes de la crise sont globales et que celle-ci touche donc toutes les économies européennes , dont certaines « vont entrer en récession ». « La France fait figure d’exception » et son économie « résiste mieux », a martelé Bruno Le Maire. Il n’a cependant pas pris le risque d’affirmer que le pays éviterait la récession. Selon les dernières prévisions de la Banque de France, une courte période de récession modérée est envisageable. Mais le scénario privilégié est celui d’une faible croissance.

« Nous anticipons une baisse de cette inflation dans le courant de l’année 2023 », a poursuivi le ministre, évoquant des indicateurs « positifs ». Parmi ceux-ci, des baisses « sur le marché des matières premières, que ce soient le blé, l’aluminium, le transport maritime  ». « Elles devraient se répercuter sur les prix à la consommation dans les mois qui viennent, mais cela prend un peu de temps ». Bruno Le Maire a vanté l’assainissement et l’allègement fiscal des « fondamentaux de l’économie française » ces dernières années. Cela permettra selon lui de renforcer la compétitivité des entreprises, de réindustrialiser le pays et de retrouver « le chemin d’une croissance soutenue début 2024 ».