Rendements des SCPI et des OPCI : à quoi faut-il s’attendre en 2018 ?

Les très bons rendements des SCPI et OPCI n’ont pas échappé au grand public. Mais à quoi peut-on s’attendre demain ?

Les rendements des SCPI et des OPCI expliquent en grande partie leur succès auprès du grand public. Ils sont bien plus élevés que ceux des fonds en euros de l’assurance vie, dont le rendement moyen attendu pour 2017 devrait pointer sous les 1,50 % (selon le cabinet Good Value For Money) et se placent loin devant les produits d’épargne réglementée.

Au moment de faire son bilan du troisième trimestre 2017, la plate-forme Meilleure-SCPI.com relevait un taux moyen de rendement des SCPI de 4,58 % pour la période du 1er octobre 2016 au 30 septembre 2017. Pour les OPCI grand public, l’Aspim estime que le rendement courant annualisé est en progression constante. Il est passé de 2,5 % à fin 2016 à 2,64 % à fin juin 2017 (sur les treize OPCI commercialisés à cette date).

Un chiffre encourageant qui ne tient pas compte de la revalorisation des participations prises par les portefeuilles hors de l’immobilier physique. Elles permettent aux OPCI d’afficher une performance globale de 3,58 % au 30 juin 2017, contre 3,2 % au 31 décembre 2016. On comprend mieux pourquoi les assureurs aiment les loger dans leurs contrats multisupports pour doper les rendements.

Les rendements des SCPI en 2018 encore très généreux

Et demain ? Si ces dernières années, les rendements des SCPI s’érodent, leurs résultats restent parmi les meilleurs. D’après les estimations de MeilleureSCPI.com, leur rendement pour 2017 devrait se situer entre 4,30 et 4,50 %. Encore ne s’agit-il que d’une moyenne.

Selon la société choisie et son univers d’investissement, il est possible d’espérer davantage. Lors de son dernier pointage, le courtier soulignait que les SCPI gérées par des sociétés indépendantes affichaient un rendement moyen de 4,90 %, contre 4,33 % pour celles des grands groupes bancaires.

Des informations rassurantes qui vont de pair avec la levée des incertitudes sur le marché de l’immobilier dans les métropoles. Les bureaux et les commerces devraient continuer à bénéficier de ce rebond d’activité. Autre point encourageant, l’Aspim juge les OPCI dédiés au grand public fort bien gérés car les localisations de leurs actifs physiques leur permettent de percevoir un revenu régulier.

Et donc de limiter la volatilité de leur performance sur leurs autres placements financiers. L’association a aussi observé que ces supports ont, comme les SCPI, accéléré leur stratégie de diversification à l’étranger pour leur poche d’immobilier physique. Une décision qui devrait logiquement permettre d’améliorer encore un peu plus leur rentabilité à long terme.

Sur le même thème

OPCI Pierre papier SCPI

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique