Techniquement, la tontine est une association collective d’épargnants qui mettent en commun des fonds pour une période. Un seul établissement, Le Conservateur, gère des tontines financières, avec plus d’un siècle d’expérience.

En pratique, on adhère à une association tontinière pour dix à vingt-cinq ans, puis on y apporte son épargne par des versements périodiques ou une prime unique. Au terme, les capitaux de la tirelire, somme des versements nets de frais et des fruits de la gestion financière, sont répartis entre les survivants selon la fiscalité de l’assurance vie. Les frais sont importants, mais les performances nettes se révèlent flatteuses, autour de 5%.

Exemple: la dernière tontine du Conservateur, courant sur la période 1997-2017, a dégagé 4,76% de rendement en moyenne annuelle (dans le cas d’une prime unique versée à 55 ans sur quinze ans).

A LIRE >>> Quels sont aujourd’hui les contrats d’assurance vie qui tirent leur épingle du jeu?

l’intérêt d’une cascade de tontines

Pourquoi dès lors ne pas adhérer à une tontine, par exemple en vue de récupérer son capital à la retraite ? Dans cette perspective, il est même astucieux de souscrire des tontines en cascade, une par an, pour profiter à chaque clôture des abattements fiscaux sur les intérêts (4600 euros pour un célibataire, 9200 euros pour un couple).

Bref, un placement intéressant, à condition de souscrire la contre-assurance décès, qui garantit le reversement de sa quote-part à un bénéficiaire en cas de décès