Sur le site, la promesse est alléchante: si vous investissez dans la monnaie virtuelle Howeycoins, vous pourrez rapidement profiter de vacances au soleil! Mais le risque est grand que vous perdiez aussi toutes vos économies, avertit la SEC. L’autorité chargée de réguler les marchés financiers aux Etats-Unis, l’équivalent de l’Autorité des marchés financiers (AMF) en France, a lancé mercredi sur internet la page howeycoins.com

Un site comme il en fleurit sur le web depuis que le bitcoin, la star des monnaies virtuelles, est devenu le dernier investissement à la mode l’an dernier. A grand renfort de photos de palmiers, de coupes de champagne et de tweets de vedettes prédisant un grand avenir à la cryptomonnaie. 

Mais quand les internautes tentés par l’aventure cliquent pour en acheter, ils sont renvoyés vers une page de la SEC les mettant en garde contre les investissements douteux et les incitant à mener des recherches approfondies avant de débourser toute somme.

HoweyCoins et ses signaux devant alarmer les investisseurs 

« La fraude est devenue si facile », remarque Lori Schock, responsable à la SEC de la division en charge de l’éducation des investisseurs. Plus de 120 plaintes liées à des cryptomonnaies ont atterri sur leurs bureaux l’an dernier et « ça continue à affluer cette année », a-t-elle indiqué à l’AFP. 

Souvent les investisseurs se rendent compte qu’ils ne peuvent pas récupérer l’argent qu’ils ont placé ou que l’entreprise, souvent localisée à l’étranger, ne répond plus. 

La SEC a engagé ces derniers mois des poursuites contre plusieurs levées de fonds en cryptomonnaie (ICO) et alerte régulièrement les investisseurs des risques de fraude.

Mais l’ampleur des malversations est telle que l’agence ressent le besoin de sensibiliser encore plus le grand public. 

Le site HoweyCoins, développé en quelques semaines, inclut nombre des signaux devant alarmer les investisseurs comme un compte à rebours destiné à susciter un sentiment d’urgence, des rabais accordés en fonction de l’importance de l’investissement ou l’assurance d’être enregistré auprès des autorités réglementaires américaines.

« La croissance rapide du marché des ICO et sa vaste promotion comme une nouvelle opportunité d’investissement ont fourni un terreau fertile pour les criminels souhaitant profiter des investisseurs lambda », a souligné le directeur de la SEC, Jay Clayton, cité dans un communiqué. 

« Nous encourageons les nouvelles technologies mais nous souhaitons aussi que les investisseurs sachent à quoi ressemble une fraude », a-t-il ajouté.