14 millions d’euros… Le montant des pertes dues aux arnaques sur le Bitcoin et autres crypto-actifs recensé par l’Autorité des Marchés financiers (AMF) sur les quatre premiers mois de l’année est conséquent. Le régulateur a reçu pas moins de 697 réclamations de particuliers s’étant fait escroquer pour investir dans ces nouvelles monnaies virtuelles. Une situation préoccupante qui n’augure rien de bon pour le reste de l’année et incite l’Autorité à recommander la plus grande prudence sur ce type de placements.

Des placements dangereux

Les crypto-actifs, plus communément appelés crypto-monnaies, se développent depuis seulement un an et elles sont loin de ressembler aux devises traditionnelles. En effet, ce ne sont pas des monnaies à proprement parler car contrairement à l’euro ou au dollar, les crypto-actifs ne sont pas régulés. Difficile d’ailleurs de tous les référencer, mais à l’heure actuelle, on en dénombre plus de 1 000 dans le monde dont le plus connu et le premier à voir le jour en 2009 est le Bitcoin.

A LIRE >> L’autorité des marchés américaine monte une arnaque à la cryptomonnaie

Autre particularité: leur volatilité. En décembre dernier, le cours du Bitcoin dépassait 16 000 euros alors qu’aujourd’hui il oscille seulement autour de 6 300 euros, soit une perte de plus de 60 % en moins de six mois. L’AMF rappelle donc que ces placements spéculatifs sont particulièrement dangereux pour le grand public.

D’autant que les offres alléchantes et trompeuses se multiplient sur Internet. Alors que par le passé, les arnaques sur les placements financiers provenaient essentiellement des investissements sur les diamants ou sur les options binaires et le forex, elles se déplacent désormais de plus en plus sur les crypto-actifs. Mais les techniques de vente restent les mêmes avec des promesses de gains exponentiels complètement irréalisables. Un conseil, fuyez ces investissements ou si vous souhaitez tout de même tenter votre chance vérifiez au minimum la liste noire des sociétés publiées par l’AMF sur son site Internet.