Avec leur stratégie d’investissement, les Français visent jusqu’à 10% de rendement… Ils se trompent lourdement

La prudence reste le maître mot des épargnants en France. Quel que soit leur âge, ils prennent très peu de risques dans leurs placements d’après un sondage réalisé par AXA IM. Pourtant, ils ont des objectifs très ambitieux en termes de rendements.

Même à 30 ans, les Français investissent comme s’ils en avaient 60 ! Ce constat ressort d’une étude publiée par AXA Investment Managers qui a sondé 1 000 personnes cet été sur leurs habitudes d’épargne. Les résultats sont sans appel : 75% des sondés préfèrent ainsi ne rien gagner plutôt que de perdre de l’argent. Cette prudence exacerbée se reflète dans leur vie de tous les jours. Seulement 31% des personnes âgées entre 22 et 30 ans se déclaraient ainsi prêtes à prendre des risques, et ce ratio tombe même à 17% pour les 40-54 ans. Un phénomène qui se répercute sur leur patrimoine financier. Seulement 9% des personnes interrogées détiennent ainsi en direct des actions ou des obligations alors que 79% possèdent des livrets d’épargne réglementée (Livret A, PEL…), 39% une assurance vie en euros.

A LIRE >>> Assurance vie: faut-il s’intéresser à ces fonds en euros dits alternatifs ?

Les actifs peu risqués sont donc au cœur de leur stratégie d’investissement. Mais paradoxalement, les Français ont des objectifs ambitieux en matière de rendement : 70 % espèrent ainsi obtenir une performance annuelle moyenne de leurs placements d’au moins 5 %, et même 30 % d’entre eux attendent un gain annuel de 10 % ou plus. Leur allocation est donc complètement déconnectée de la réalité et ne répondra en aucun cas à leurs attentes.

Des liquidités trop prépondérantes

Pour bien mettre l’accent sur ce phénomène, AXA IM a analysé deux profils types d’épargnant et les performances de leurs placements. Ainsi, un trentenaire détient en moyenne 57% de liquidités, 11% d’actions, 14% d’obligations et 18% d’immobilier (hors résidence principale). Il pouvait donc au mieux s’attendre à une performance annualisée sur dix ans de 3,23% (à fin juillet 2018). Un résultat légèrement supérieur à celui d’un Français âgé de plus de 55 ans qui possède, quant à lui, 68% de liquidités, 13% d’actions, 7% d’obligations et 12% d’immobilier (hors résidence principale). Ce dernier pouvait ainsi s’attendre à un gain annuel de 2,89% sur dix ans. Des niveaux donc très éloignés des 5 voire 10% attendus.

AXA IM rappelle donc une règle clef dans la gestion de patrimoine : diversifier son allocation en fonction de son horizon de temps. Plus un épargnant est jeune, plus il a donc intérêt à prendre du risque, notamment sur les actions, s’il veut placer son argent sur le long terme. Pour les accompagner dans cette démarche, l’appui d’un conseiller financier demeure primordial. D’après l’étude, 84% des Français interrogés préfèrent ainsi encore faire appel à un expert que de passer par un robo advisor (ou conseiller automatisé en ligne). Le manque de connaissance financière reste par ailleurs l’une des principales raison invoquées par les épargnants pour investir à bon escient.

Sur le même thème

Grands prix assurance vie 2018 placements financiers

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique