4 idées reçues (qui ont la vie dure) sur les Français et leur épargne

Les Français sont les champions de l’épargne, ils sont trop craintifs vis-à-vis de la Bourse… Retour sur des affirmations pas si fondées que ça !

Dégradation du pouvoir d’achat, manque de confiance en l’avenir…,  l’actualité de 2018 a-t-elle eu un impact sur l’épargne des Français ? A en croire, les statistiques sur les neuf premiers mois de l’année, il n’en est rien. Mais certaines croyances ont encore la vie dure. Retour sur les quatre principales idées reçues en matière d’épargne.

Les Français mettent beaucoup d’argent de côté et savent donc épargner efficacement 

On entend souvent que les Français sont les champions de l’épargne ! Ils ont certes un patrimoine financier cumulé supérieur à 5 100 milliards d’euros d’après les dernières statistiques publiées par la Banque de France. Mais en réalité, il s’agit en large partie d’argent qui dort dans des comptes bancaires. Ce phénomène s’est même accéléré puisque les dépôts à vues ont ainsi capté l’essentiel des nouveaux flux d’épargne des ménages en 2017 et sur les neuf premiers mois de l’année 2018. « La faiblesse des taux d’intérêt n’a pas incité les épargnants à se tourner vers des placements un peu plus rémunérateurs, et même liquides comme le Livret A. Il y a une certaine inertie dans le patrimoine des ménages qui continuent, par ailleurs, de vouloir conserver suffisamment de liquidités pour maîtriser leur budget », explique Eric Buffandeau, directeur adjoint des études, de la veille et de la prospective au sein du pôle Stratégie de BPCE. Leur stratégie patrimoniale laisse donc encore à désirer. 

Les Français sont obligés de puiser dans leur épargne pour maintenir leur niveau de vie

Le taux d’épargne des Français est stable depuis une quinzaine d’année, autour de 14%. A court terme, il a été affecté par la très faible progression du pouvoir d’achat à 1,3% cette année, soit un niveau qui ne couvre pas l’inflation estimée à 1,9% en 2018. Mais sur longue période, les ménages ont plutôt tendance à réduire leur consommation plutôt que de diminuer leur épargne.

Leur taux d’épargne devrait également augmenter fin 2018, et début 2019 pour atteindre 15% l’an prochain, d’après les estimations de BPCE. Leur propension à épargner va bénéficier d’une décélération de l’inflation et de certaines mesures annoncées par le gouvernement.

Les Français sont trop prudents dans leurs placements financiers

Depuis 2017, le portefeuille d’actifs financiers détenus par les ménages a dépassé son niveau de 2007. Mais il est vrai que sa répartition a depuis considérablement évolué. Les Français ont clairement délaissé les placements dans les fonds monétaires et en obligations. En revanche, ils prennent toujours du risque, mais au lieu de le faire en direct dans des actions ils le font à travers les fonds d’épargne salariale et les unités de compte (UC) de l’assurance vie qui ont respectivement collecté 20 et 70 milliards d’euros en 10 ans.

La peur des Français sur les actions est irrationnelle

L’aversion au risque des ménages a considérablement augmenté en dix ans en raison des crises financières à répétition que nous avons connues en 2000-2001 (avec l’éclatement de la bulle Internet), 2008-2009 (crise des subprimes) et 2011-12 (crise de la dette). Ils ont donc remis en cause le principe qu’une détention longue d’actifs risqués, notamment en actions, permet de réduire la prise de risque sur les marchés. Une position rationnelle car effectivement ce principe ne s’applique pas quand les investissements sont effectués dans un mauvais timing.

De plus, les Français affichent une plus grande défiance vis-à-vis des marchés compte tenu de leur transformation et de leur plus grande automatisation (essor du trading algorithmique, des hedge funds…). Ils considèrent qu’il existe une asymétrie d’informations entre les acteurs. Concrètement, ils n’ont pas accès à autant d’informations que les professionnels et se sentent donc souvent lésés en Bourse. Conséquence : seuls les plus aisés, continuent de croire encore au potentiel des actions en confiant leur épargne à des spécialistes.

Sur le même thème

placements financiers

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique