Le crowdfunding attire-t-il toujours autant les foules ?

En 2018, le financement participatif, ce mécanisme qui permet à des entreprises de collecter des apports financiers de particuliers pour financer des projets a récolté 402 millions d’euros selon le dernier baromètre publié par KPMG et l’association Financement Participatif France. Malgré de bons résultats, le nombre de contributeurs chute et le bilan reste mitigé.

Les fonds récoltés par les plateformes de crowdfunding atteignent 402 millions d’euros en 2018 contre 336 millions en 2017. Crédit : Istock

Le crowdfunding a connu une fin d’année 2018 chahutée. En octobre, l’un des pionniers du financement participatif par Internet, Unilend a fait faillite, avant d’être repris début décembre par Pretup. En début d’année, c’est au tour d’Homunity, plateforme spécialisée dans l’immobilier, d’être rachetée par le Credit.fr. Malgré ces mouvements de concentration, ce segment continue d’afficher une belle croissance. Retour en chiffres sur les principaux enseignements du dernier baromètre publié par l’association Financement Participatif France (FPF) et KPMG et réalisé d’après les données déclaratives de 77 plateformes.

Plus de 33 000 projets financés

Que ce soit sous forme de don, de prêt ou en capital, les fonds récoltés par les plateformes de crowdfunding atteignent 402 millions d’euros en 2018, contre 336 millions en 2017. Les montants investis ont permis le financement de 33 381 projets, dont 28 474 par le don. Au total, les encours ont augmenté de 20 %, tous secteurs confondus. La croissance a donc été soutenue en 2018. Mais moins qu’en 2017 où elle avait bondi de plus de 43 %. Autre bémol : si le nombre de financeurs s’élève encore à environ 1,5 million de personnes, il a reculé de 8 % (soit 130 000 personnes en moins) l’an passé.

185 millions d’euros investis dans l’immobilier

Plébiscité par les particuliers, le crowdfunding immobilier, qui consiste à investir dans la promotion immobilière en passant par des sites de financement participatif, enregistre la  plus forte hausse (83 %). Il a attiré 185 millions d’euros, contre 101 millions d’euros en 2017. A l’échelle de la finance participative au sens large, qui représente au global 653 millions d’euros d’encours (tous modes de financements confondus, y compris le prêt à la consommation en ligne, les cagnottes en ligne, la solidarité embarquée, etc.), il s’agit du secteur économique le plus représenté (32 %), devant les commerces et services (19 %) et l’environnement (8 %).

Les prêts s’envolent de 40 %

Parmi les différentes typologies d’investissement (don, prêt, capital), la formule du prêt est de loin la plus appréciée dans le crowdfunding. C’est le segment qui a le plus progressé : les encours totaux ont grimpé de 40 % en 2018, ce qui représente 273 millions d’euros investis en majorité sous forme d’obligations (202 millions collectés).

L’investissement en capital chute de 19 %

L’investissement en capital baisse en revanche de 19 % en 2018. Sachant qu’il avait déjà fortement ralenti entre 2016 et 2017 (- 15 %). Certaines plateformes estiment que la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF) est en partie responsable. Mais pour Stéphanie Savel, présidente de l’association FPF, le cycle de vie des investisseurs entre également en jeu. Ces derniers « attendent le retour de leurs investissements initiaux avant de s’engager à nouveau » explique-t-elle. Toutefois, le baromètre souligne qu’ils sont nombreux à se reporter sur des investissements moins risqués que dans  les start-up (PME, projets immobiliers…) et sur une durée plus courte (2 à 3 ans en obligations par exemple, au lieu de 5 à 8 ans en actions). 

Sur le même thème

crowdfunding financement participatif placements 2019

Téléchargez le guide « Où placer votre argent en 2019 »

Un guide réalisé par la rédaction de Mieux Vivre Votre Argent

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique