Placements: avant de signer, les banquiers posent désormais plus de questions aux clients

L’Autorité des marchés financiers a mené l’enquête : les clients sont mieux informés qu’avant sur les risques liés aux placements. Mais les banquiers peuvent encore mieux faire.

L'AMF salue les progrès réalisés dans l'information des clients. Crédit: Istock

Quand vous rencontrez votre banquier pour qu’il place vos économies, vous a-t-il bien conseillé ? Avez-reçu toutes les informations nécessaires sur les risques que représentent un placement ? C’est ce qu’a cherché à savoir l’Autorité des marchés financiers (AMF). Des clients mystères se sont rendus dans des banques pour se rendre compte de la mise en œuvre de la réglementation sur le sujet. Banque populaire, BNP Paribas, Caisse d’épargne, CIC, Crédit agricole, Crédit du Nord, Crédit mutuel, La Banque postale, LCL, HSBC et la Société générale ont été visités.

Des améliorations saluées par l’AMF

Les résultats de cette enquête montrent que, par rapport à la dernière étude en 2015, les banquiers questionnent désormais davantage les clients sur leur situation financière : les charges, les revenus, les montant déjà épargnés, la situation fiscale… Les banquiers posent également plus souvent la question des objectifs poursuivis par le client. Par contre, celle sur les tolérances aux risques liés à un placement (une nouveauté de la réglementation MIF 2) reste rarement posée.

L’Autorité salue les efforts des professionnels pour proposer le plus de proposition de placements possible. En 2015, les banquiers proposaient en moyenne 3,1 produits contre 3,6 lors des visites mystères survenues entre décembre 2018 et février 2019. C’est l’assurance vie en unités de compte qui reste le produit le plus proposé.

A LIRE >>> Placement immobilier : le classement 2019 des meilleures SCPI

Encore quelques efforts

Les professionnels semblent évacuer les interrogations concernant les connaissances financières du client : une minorité de banquiers ont demandé au visiteur mystère quelles étaient ses expériences en matière financière. L’AMF pointe aussi le manque d’informations données à la fin du rendez-vous : la plupart du temps, seuls des documents commerciaux ont été remis au client. Même s’il s’agit d’une obligation réglementaire, des documents d’informations clés n’ont été remis que dans un cas sur cinq.

Là où l’AMF demande aussi aux banquiers un petit effort, c’est sur les frais : « Moins de la moitié des conseillers ont communiqué les frais liés aux enveloppes (assurance vie, PEA) ou aux instruments financiers ».

Près de 110 visites ont été effectuées pour observer ces pratiques commerciales. Les visiteurs mystères se présentaient comme soit « risquophobe » (moins tolérant aux risques) ou « risquophile » (aux revenus élevés et en capacité de subir des perte) et disposant de 70 000 euros à placer.

Sur le même thème

banque placements financiers

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique