Le compte d’épargne logement (CEL) a-t-il encore un intérêt ?

Il rapporte très peu mais permet d’emprunter à taux préférentiel et de bénéficier d’une prime pour les anciens contrats. Rappel du fonctionnement du CEL et de ses règles en détail.

Pour les CEL souscrits avant le 1er janvier 2018, les intérêts bancaires et la prime d’Etat sont exonérés d’impôt sur le revenu. Crédit: iStock.

Le compte d’épargne logement (CEL) fonctionne comme un livret ; il peut être ouvert par toute personne majeure ou mineure. Impossible, en revanche, d’en avoir plus d’un ! Un versement minimal de 300 euros est exigé à la souscription. On a le droit d’abonder son CEL à tout moment. Attention, un versement ne peut pas avoir pour effet de porter le solde au-delà de 15.300 euros.

Le capital est-il garanti?

L’établissement bancaire vous garantit la préservation du capital. Seul risque : la faillite de la banque. Dans ce cas, les dépôts sont couverts à hauteur de 100000 euros par le Fonds de garantie des dépôts et de résolution (FGDR).

L’argent est-il disponible?

Des retraits d’un montant minimal de 15 euros sont possibles à tout moment. Mais il faut laisser en permanence au moins 300 euros sur le compte.

Combien ça rapporte?

Vos dépôts sont rémunérés à un taux égal aux deux tiers du rendement du livret A, arrondis au quart de point le plus proche. Soit 0,50% depuis le 1er août 2014. Crédités le 31 décembre, les intérêts sont calculés selon la règle de la quinzaine. Les sommes fructifient à condition d’avoir été investies une quinzaine civile complète. Autrement dit, du 1 er au 15 du mois ou du 16 au 30 (ou 31). Mieux vaut donc attendre le 1er ou le 16 du mois pour effectuer un retrait. Et faire vos dépôts à la banque de préférence la veille de ces échéances.

Emprunter avec un CEL

Vous pouvez demander un prêt d’épargne logement grâce à votre CEL. Détenteur d’un ancien CEL, vous bénéficiez alors d’une prime d’Etat, égale à la moitié des intérêts bancaires, dans la limite de 1 144 euros par opération d’emprunt. Pour les comptes ouverts depuis le 1er janvier 2018, la prime d’Etat est supprimée. Les droits à prêt correspondent aux intérêts bancaires capitalisés sur votre CEL, multipliés par 1,5. Ils déterminent la somme maximale du crédit auquel vous pouvez prétendre, le coût de l’emprunt correspondant à ces droits. Ils doivent être au minimum de 22,50 euros d’intérêts pour financer certains travaux d’économies d’énergie, de 37 euros pour des travaux d’amélioration et de 75 euros pour l’accession à la propriété et la construction. Les droits à prêt cumulés sur un CEL peuvent être cédés à un proche titulaire d’un CEL ou d’un PEL. La prime d’Etat revient alors au bénéficiaire des droits.

Comment emprunter avec un CEL ? Dès lors qu’il a une durée d’au moins dix-huit mois, le CEL donne droit à un prêt d’épargne logement (PEL, voir p. 65). D’une période de deux à quinze ans, ce crédit est d’un montant maximal de 23.000 euros. Son taux est égal à celui des intérêts bancaires, majoré de 1,50 point. Pour les CEL ouverts à compter du 1er mars 2011, le prêt ne peut financer que l’acquisition d’une résidence principale ou la réalisation de travaux dans celle-ci. Mais aussi dans celle de vos ascendants, descendants ou locataires. Les générations anciennes de CEL sont plus souples.

Quelle est la règle fiscale?

Pour les CEL souscrits avant le 1er janvier 2018, les intérêts bancaires et la prime d’Etat sont exonérés d’impôt sur le revenu. Mais les prélèvements sociaux (17,2%) sont dus. Les intérêts des CEL ouverts depuis cette date sont soumis au prélèvement forfaitaire unique de 30%.

Où souscrire un CEL?

Dans la plupart des établissements bancaires

Sur le même thème

Epargne logement Guide des placements meilleurs placements

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique