Ce produit d’épargne oublié qui rapporte presque deux fois plus que le livret A

Le Gouvernement fait la promotion du livret d’épargne populaire pour inciter les personnes qui peuvent y prétendre à y placer leur argent. Car ce produit liquide et sans risque est le plus rémunérateur de tous.

Ce produit réglementé, peu promu par les établissements bancaires, est aujourd’hui en perte de vitesse. Crédit: iStock.

Après ses mesures en faveur du pouvoir d’achat, le Gouvernement se penche sur le volet de l’épargne des ménages. Bercy a envoyé à la fin d’avril sept millions de courriels aux plus modestes d’entre eux pour les inciter à ouvrir un livret d’épargne populaire (LEP).

Il est vrai que ce produit réglementé, peu promu par les établissements bancaires, est aujourd’hui en perte de vitesse: moins de 8,7 millions de détenteurs pour un encours global de 44 milliards d’euros à la fin de 2017, d’après la Banque de France.

A LIRE >>> Ces produits d’épargne des banques qui ne méritent pas votre argent

Des conditions d’accès élargies

Pour être éligible, il faut être domicilié en France et respecter des conditions de ressources. Une personne seule peut ainsi ouvrir un LEP si son revenu fiscal de référence 2017 (mentionné sur l’avis d’imposition) n’excédait pas 19.779 euros (30.343 euros pour un couple ou 40.907 euros pour une famille avec deux enfants). La banque vous demandera votre avis d’imposition à la souscription et le réclamera tous les ans.

En cas de dépassement des plafonds, un délai de grâce d’un an est toutefois accordé: le titulaire d’un LEP peut le conserver à condition que ses revenus repassent en dessous l’année suivante. Si vous êtes concerné, vous auriez tort de vous en priver.

A LIRE >>> Ce calcul du gouvernement pour que votre Livret A ne redevienne pas rentable de sitôt

Le versement initial n’est que de 30 euros, et vous pouvez alimenter le livret jusqu’à 7.700 euros (hors intérêts capitalisés). Sa rémunération est la plus avantageuse de tous les livrets réglementés défiscalisés : il rapporte 1,25% net d’impôt et de prélèvements sociaux.

Des fermetures de LEP en perspective

A sa création au début des années 80, un particulier pouvait souscrire un livret d’épargne populaire s’il était exonéré d’impôt sur le revenu ou redevable d’un montant faible (fixé par l’Etat chaque année). Ce critère a été remplacé par une condition de revenus en 2014. Banques et détenteurs avaient jusqu’à la fin de 2017 pour s’y conformer.

Après leur avoir laissé une marge de manœuvre en 2018, le Gouvernement a prévenu: tout LEP dont le titulaire ne respecte pas le critère ou n’a pas fourni de justificatif sera clôturé. Pour l’éviter, votre avis d’imposition 2018 portant sur les revenus de 2017 doit être transmis avant la fin de juin.

Sur le même thème

Livret d'épargne populaire meilleurs contrats d'assurance vie meilleurs placements

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

27/05/2019 at 16:12
johndoe

Mettons les choses en perspective…
Comme indiqué dans l’article, le plafond de dépôt de ce LEP rémunéré à 1,25 % est de 7700 €.
Supposons que vous disposiez de cette somme sur votre Livret A, rémunéré actuellement à 0,75 % et que vous la transfériez sur un LEP. L’opération vous rapportera donc 7700€ × (1,25-0,75)% = 7700 × 0,50 % = 38,5 € par an (par rapport à votre Livret A).
Si vous n’avez que 2000 € d’économies, les transférer sur le LEP vous rapportera que 10 € de plus que les laisser sur votre Livret A.

Il n’y a pas de petits profits, mais munis de ces chiffres, certains pourraient estimer que le jeu ne vaut pas la chandelle des démarches d’ouverture d’un LEP.

Sur la même thématique