Après Facebook, c’est au tour de la Chine de se lancer dans les cryptomonnaies

Bientôt le yuan physique sera un vieux souvenir… La Chine compte lancer prochainement sa propre cryptomonnaie qui remplacera, à terme, les billets de banque qui circulent dans le pays.

La Banque populaire de Chine n'a pas annoncé de date de disposition. Crédit: Rafael Ben-Ari/Chameleosn Eye/SIPA

Facebook est sur les rangs, avec Libra. La Chine aussi. La banque centrale du pays, la Banque populaire de Chine, a annoncé, que sa cryptomonnaie allait être bientôt opérationnelle, sans pour autant donner une date officielle de mise à disposition. Comme l’explique Le Figaro, cette monnaie numérique sera différente des autres : elle ne sera pas décentralisée et gardée sous le contrôle du gouvernement chinois. Il s’agirait donc d’une « stablecoin », écrit le journal Les Echos. Ce projet serait sur les rails depuis 2014 et aurait nécessité le dépôt de 80 brevets.

Le but de la Banque populaire de Chine est que cette cryptomonnaie remplace à terme l’argent liquide qui circule en Chine, a expliqué le gouverneur de la banque, Fan Yifei. Une application mobile sera mise en place permettant de gérer son portefeuille virtuel de yuan dématérialisés. Elle permettra aussi de convertir des yuans physiques en cryptoactifs. Une façon aussi pour le gouvernement chinois de mieux contrôler les transactions et les citoyens qui utilisent cette monnaie dématérialisée.

A LIRE >>> Trump n’aime pas les cryptomonnaies: ce n’est « pas de l’argent »

Renversement de vapeur

Une annonce de Pékin qui peut étonner alors qu’il y a quelques mois, le pouvoir chinois avait décidé d’endiguer le phénomène bitcoin. Ainsi, le « minage » de cryptomonnaies, c’est-à-dire la sécurisation des transactions effectuées par des tiers, a été interdit dans l’empire du Milieu par la principale autorité de planification de l’économie au même titre que d’autres activités économiques, ce qui a interdit de facto les fermes à bitcoin, rapporte cet article d’avril 2019 du journal Les Echos.

Auparavant, la Chine avait interdit les levées de fonds en cryptomonnaies et fait fermer les principales plateformes de transaction. Le pays communiste abritait aussi énormément de mines à bitcoins qui ont été obligées de délocaliser leurs activités à la suite des règlements qui ont abouti à l’interdiction pure et simple. Finalement le message de Pékin est clair : une cryptomonnaie, oui, mais uniquement sous le contrôle du pouvoir central chinois.

Sur le même thème

Bitcoin Cryptomonnaies

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique