La collecte du Livret A repart à la hausse au mois de juillet

Les épargnants ont déposé 1,4 milliard d’euros sur leur livret A le mois dernier, c’est presque trois fois plus qu’au mois de juin.  

La collecte du Livret A repart à la hausse en juillet. Crédit : ©Istock

Les dépôts des Français sur leur Livret A sont repartis à la hausse au mois de juillet. Selon les chiffres publiés par la Caisse des Dépôts, les montants épargnés le mois dernier ont atteint 1,4 milliard de dollars, soit presque trois fois plus qu’au mois de juin où seulement 510 millions avaient été collectés. Les dépôts ont également largement dépassé ceux enregistrés au mois de juillet 2018 durant lequel le placement avait recueilli 880 millions d’euros.

Ce nouveau rebond de la collecte se place dans la lignée d’une année 2019 très dynamique pour ce produit qui sert notamment à financer le logement social en France. Entre janvier et fin juillet, la collecte nette, c’est-à-dire les dépôts moins les retraits, a atteint environ 13 milliards d’euros contre un peu moins de 10 milliards sur la même période en 2018. Des résultats en forte augmentation alors que le livret A enregistre un taux de rémunération à son plus bas historique, à 0,75%, rappelle BFMTV.

Une baisse des taux pour 2020 ?

Un rendement qui pourrait encore baisser au 1er février 2020. Car les banques, qui croulent sous les encours records du Livret A, pressent le gouvernement d’appliquer la nouvelle formule du taux du produit d’épargne. En novembre 2017, le gouvernement avait en effet décidé de geler le taux de rémunération du Livret A à 0,75% jusqu’au 1er janvier 2020. Le temps pour lui d’engager une réforme de la formule de calcul pour réduire les coûts de financement du secteur du logement social, expliquent Les Échos.

A LIRE >>> Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le livret A sans jamais avoir osé le demander

Problème, cette révision des coûts devrait orienter le taux de rémunération du produit d’épargne préféré des Français vers le plancher prévu, soit 0,5%. Selon une banquière, « le niveau actuel du taux de rémunération du Livret n’est pas en adéquation avec l’environnement de marché actuel et avec la formule mécanique ». En clair, étant donné la baisse de l’inflation et des taux interbancaires à court terme, le taux de 0,75% est trop élevé.

La pression des banques

Pour le moment, le ministère des Finances n’a fait aucune annonce sur les nouveaux taux qui seront mis en place au 1er février. Il a jusqu’au 15 janvier pour le faire. Mais en pleine année électorale, et après des mois de crise des « gilets jaunes », pas sûr que le gouvernement soit prêt à prendre le risque de toucher à ce placement hautement symbolique pour les Français.

A LIRE >>> Ce produit d’épargne oublié qui rapporte presque deux fois plus que le livret A

Les banques, elles, espèrent faire des économies grâce à la baisse du taux de rémunération. En effet, depuis 2018, elles ne peuvent plus « centraliser » 100% de leurs dépôts de livrets à la Caisse des Dépôts, expliquent Les Échos, mais ont dix ans pour aller vers un niveau à 60%. Par exemple, pour la Banque Postale, qui a encore 90% de ses encours à la CDC, il lui a fallu en rémunérer 10%, soit 69,5 milliards d’euros l’an passé. En baissant les taux de 0.75 à 0.5%, cela lui permettrait de faire une économie d’une quinzaine de millions d’euros. Mais en période de taux négatifs, rappellent Les Echos, il n’y a pas de petites économies pour les banques.

Sur le même thème

épargne livret A livrets d'épargne

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique