Assurance vie : du nouveau parmi les robo-advisors

Dernier venu en France depuis l’an passé, la plateforme de conseils automatisés pour votre épargne Birdee vient de lancer son contrat d’assurance vie avec BNP Paribas Cardif. Un positionnement à contre-courant des robo-advisors de l’Hexagone qui peinent toujours à séduire les épargnants français.  

Les robo-advisors peinent toujours à convaincre les épargnants français. Crédit : Istock

La mise en liquidation judiciaire de Marie Quantier cet été n’a pas freiné les ambitions de développement des robo-advisors ou robots-conseillers en France. Pour preuve, la plateforme Birdee, développée par la société belge Gambit Financial Solutions (filiale de BNP Paribas Asset Management depuis 2017), vient de lancer un nouveau contrat d’assurance vie : Birdee Vie. Comme la plupart des fintech positionnées sur l’épargne en ligne, il repose sur de la gestion pilotée et investit dans des trackers, c’est-à-dire des fonds indiciels cotés communément appelés aussi ETF (exchange traded funds). Assez classiquement en fonction de son projet d’épargne, l’investisseur particulier se voit proposer plusieurs profils de risque, cinq en l’occurrence chez Birdee (défensif, modéré, stable, protecteur, dynamique). Assuré par BNP Paribas Cardif, ce contrat a tout de même la particularité de sélectionner les ETF les mieux notés en matière d’investissement socialement responsable (labelisés ISR en France ou à l’étranger, ou encore affichant de bons scores de durabilité chez Morningstar par exemple) et d’offrir trois thématiques d’investissements (biotech, immobilier et PME). Enfin, son positionnement se veut plus ludique auprès des épargnants en jouant davantage sur le créneau de l’humour, à l’image de son accroche : « L’appli qui met du Bird dans les épinards ».

Des performances à confirmer

Reste à savoir si au-delà de ce positionnement un peu atypique, les performances seront bien au rendez-vous. Créé en 2007 à Liège, Gambit Financial Solutions, a déjà fait ses preuves car la société propose son outil d’allocation d’actifs automatisé à une vingtaine de professionnels de la gestion, pour la plupart des banques (Neuflize OBC, BPCE, BNP Paribas,…). Sa plateforme dédiée aux particuliers, Birdee est déjà accessible aux épargnants français depuis mai 2018 via le compte-titres et affiche des performances comprises entre 6,3% et 14,7% depuis le début de l’année. Il est aussi possible de tester ses services avec un portefeuille virtuel. Mais elle devra confirmer l’essai en assurance vie ! Autre bémol, les épargnants doivent investir au minimum à 80% en unités de compte et auront seulement accès, pour les profils les plus sécurisés, à 20% d’un des fonds en euros de BNP Paribas Cardif (BNP Paribas Multiplacements 2 a affiché par exemple entre 1,45% à 1,65% de performance l’an passé).

Des épargnants peu convaincus

A suivre donc d’autant que les robo-advisors peinent toujours à convaincre les épargnants français (voir les principaux acteurs dans le tableau ci-dessous). Beaucoup d’entre eux ont d’ailleurs réorienté leur offre vers les professionnels, à l’instar de Fundshop ou encore Advize. Certains ne communiquent même plus de performances à jour, comme Advize ou WeSave.

Même le premier sur ce segment, Yomoni peine à décoller, puisqu’avec 200 millions d’euros d’encours à travers 15 000 mandats gérés, il est loin de son objectif d’atteindre le milliard d’euros en 2020. Pour y remédier, la fintech vient de renforcer son conseil de surveillance avec l’arrivée de deux poids lourds de la gestion à savoir Didier le Menestrel (ex-président et fondateur de La Financière de l’Echiquier) et Philippe Vayssettes (précédemment à la tête de Milleis Banque et de Neuflize OBC). Du travail reste à faire en matière de digitalisation de l’épargne.

Sur le même thème

Meilleures SCPI meilleurs contrats assurance vie 2018

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique