Placements : quelle rentabilité espérer avec les Sofica ?

63 millions d’euros. Tel est le montant cumulé que pourront lever cette année les 12 Sofica (Société de financement du cinéma et de l’audiovisuel)  qui viennent de recevoir leur agrément. Ces structures de financement d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles ont a priori de quoi attirer l’œil des investisseurs.

48% de réduction d’impôt

Elles ouvrent en effet droit à une réduction d’impôt qui peut atteindre 48% . Ainsi, une personne plaçant 1.000 euros cette année dans une Sofica obtiendra un rabais fiscal de 480 euros l’an prochain.

A lire >> Impôts : on vous explique comment alléger la note

Autre argument, la dépense prise en compte peut aller jusqu’à 18.000 euros (ou 25% des revenus du contribuable). Autrement dit, au plafond, un investissement peut générer 8.640 euros de réduction d’impôt.

Attention aux taux de remboursement

Sur le papier, l’affaire apparaît donc séduisante. Ceci étant, il faut garder à l’esprit que les investisseurs en Sofica récupèrent rarement l’intégralité de leur mise. Le taux de remboursement se situe en moyenne autour de 65%-70% et peut dans certains cas chuter sous les 50%.

Dans ces conditions, la rentabilité demeure souvent modeste, y compris en intégrant l’avantage fiscal. En supposant un investissement sur 5 ans (minimum requis pour conserver la réduction d’impôt), la rentabilité annuelle moyenne (TRI) sera de 11,86% si le capital est intégralement récupéré mais ne dépassera pas 2,45% si l’investisseur n’est remboursé qu’à 60%.

A un horizon de 10 ans, un taux  de remboursement de 60% se traduira logiquement par une rentabilité encore plus faible : 1,3% (voir tableau).

Ne pas se laisser aveugler

Au printemps dernier, le rapport Boutonnat est d’ailleurs venu rappeler les faibles performances de ces supports. Sur la base d’opérations réalisées entre 2002 et 2011, le document a estimé à 1,9% la rentabilité annuelle moyenne des Sofica… avantage fiscal inclus. Par ailleurs, il a souligné que dans 10% des cas l’investissement en Sofica aboutissait à un taux de rentabilité négatif.

Si des critères extra financiers peuvent naturellement entrer en ligne de compte (comme le fait de soutenir la culture), il convient en tout cas de conserver une certaine prudence face aux Sofica et surtout de ne pas se laisser éblouir par l’ampleur de la réduction d’impôt.

Olivier Decarre

Partager
Publié par
Olivier Decarre

Articles récents

« L’or, dans un contexte de création monétaire débridée, va tirer profit de son statut d’actif réel »

Les cours des matières premières, et notamment ceux du pétrole, sont fortement chahutés en raison de la récession mondiale qui…

03/04/2020 17:51

Arrêt maladie : envoi des justificatifs par mail bientôt possible

Depuis le début du confinement, et parfois depuis bien avant, les demandes d’arrêt de travail ont explosé pour des milliers…

03/04/2020 17:38

Coronavirus : 3.000 agences immobilières pourraient disparaître selon la Fnaim

Le principal syndicat des professionnels de l’immobilier la Fnaim tire la sonnette d’alarme. Si le gouvernement ne revient pas sur…

03/04/2020 16:58

« Les besoins de la Nation sont assurés » selon le secrétaire d’État aux transports

« Il n’y a pas de pénurie en France » a assuré Jean-Baptiste Djebbari dans Ouest France. Le secrétaire d’État…

03/04/2020 16:23

Indépendants: nouveaux critères pour suspension de loyer et droit à une aide

Les travailleurs indépendants peuvent prétendre à une suspension du paiement de leur loyer et de leurs factures d’énergie s’ils correspondent…

03/04/2020 15:19

Le confinement permet de réaliser des économies

La majorité des Français (57 %) vit le confinement comme une parenthèse selon une étude de l’Observatoire Cetelem. Résultat, ils…

03/04/2020 13:18