Le gouvernement pousse au développement des accords d’intéressement

Même simplifié, le dispositif des accords d’intéressement concerne uniquement 2 millions de salariés. Les ministres du Travail et de l’Économie rencontrent des chefs d’entreprise afin de développer cette pratique.

Des accords d'intéressement sont disponibles sur le site du ministère du Travail. Crédit: iStock.

L’intéressement est un dispositif d’épargne salariale lié aux résultats ou aux performances de l’entreprise. Toutes les entreprises peuvent le mettre en place. Pour faciliter son développement, Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, et Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, ont pris leur bâton de pèlerin pour aller à la rencontre de patrons, dans l’Essonne lundi 27 janvier, rapporte le quotidien Les Échos. Ils espèrent que 3 millions de salariés puissent profiter des accords d’intéressement, contre deux actuellement.

Pour les représentants du gouvernement, les accords d’intéressement sont le moyen de mieux partager la richesse créée. « Ce sont des instruments de motivation et d’attraction des talents », assure Muriel Pénicaud.

Pour toutes les entreprises

Pour faciliter l’adoption d’accords dans les entreprises, le dispositif a été simplifié. Ainsi, la taxe de 20% sur l’intéressement a été supprimée, des accords d’intéressement sont disponibles sur le site du ministère du Travail. Prochainement, les entreprises de moins de 11 salariés pourront également définir un accord, sans même consulter leurs employés.

A LIRE >> La prime de fin d’année pérennisée grâce à l’intéressement ?

L’intéressement est « vertueux, juste et efficace », a martelé Bruno Le Maire. Sauf que le dispositif facultatif d’épargne salariale reste méconnu. Il est pourtant accessible aux entreprises de toutes les formes juridiques et de tous les domaines d’activité.

Sur le même thème

Revenus travail

Réactions et commentaires

Sur la même thématique