Quel effet la chute de la Bourse aura-t-elle sur les épargnants français ?

La chute brutale des marchés aura-t-elle des conséquences sur les épargnants ? Le covid-19 entraînera-t-il une réallocation des actifs vers des placements dits durables ? Pascale Micoleau-Marcel, Déléguée Générale de La Finance pour tous nous donne son éclairage sur ces questions.

Les épargnants français, qui ont généralement une forte aversion au risque, arrivent souvent à contretemps en Bourse. Crédit: iStock.

Avec la chute des marchés boursiers, quel va être le comportement des épargnants français sachant que pour certains ils commençaient à prendre des risques en investissant dans les fonds en unités de compte ?

Pascale Micoleau-Marcel : Je ne sais pas s’ils commençaient à prendre des risques, car le taux de détention de titres en direct qui s’élevait à 13,8% en 2008, était tombé à 6,2% en mars 2019. Je ne connais pas les chiffres de mars 2020 mais je doute qu’ils soient très différents et cela me surprendrait que les épargnants français aient sensiblement modifié leurs comportements d’épargne.

Cette tendance à la baisse est vraie pour tous les modes de détention d’actions sauf effectivement pour les unités de compte des contrats d’assurance vie.

Depuis quelques années, les Français ont été contraints par les assureurs d’investir une part de leur épargne dans des unités de compte. Ces épargnants restent relativement peu nombreux, pas suffisamment pour que cela démontre que les Français se sont réconciliés avec la Bourse.

Par ailleurs, il y a eu des campagnes de pédagogie menées par le gouvernement (autour de la loi Pacte) et le régulateur (l’AMF) pour expliquer à juste titre que dans un monde de taux très bas, la Bourse est le moyen d’espérer de meilleurs rendements – avec les risques que cela comporte, bien sûr.

Le danger de ces campagnes, toutefois, c’est d’arriver à contretemps, de pousser les épargnants à investir dans les actions au plus haut et de les dégoûter durablement de la Bourse lorsqu’il y a une crise.

Les Français sont tellement averses au risque, que le temps de les convaincre d’investir en actions, une crise boursière survient au moment où ils commencent à entrer.

Je ne sais pas s’il faut encourager maintenant les Français à acheter des actions. Mais les marchés remonteront forcément. Avant d’acheter des actions, il faut respecter certaines règles : acheter en plusieurs fois ; diversifier ses achats ; prendre du temps pour bien choisir ses valeurs, surtout en période de crise où des faillites sont toujours possibles.

Beaucoup de gens prétendent que les choses ne seront plus les mêmes une fois la crise sanitaire finie. En matière d’épargne, cela va-t-il se traduire par plus d’investissements dans les fonds ISR ou développement durable ?

Pascale Micoleau-Marcel : C’est une évolution naturelle. Investir dans un fonds ISR, un fonds solidaire, ou portant le label Greenfin, – ces fonds sont investis pour rappel à moins de 20 % dans des valeurs dites vertes -, constitue une manière de participer à la finance durable.

Ces placements rencontrent un véritable succès auprès des salariés dans le cadre de leur épargne salariale. Je rappelle que dans ce cadre, il est obligatoire d’offrir la possibilité d’investir dans un fonds solidaire.

A LIRE>>> Coronavirus : est-ce le moment d’investir en bourse ?

La crise changera profondément les choses dans tous les domaines. Elle devrait aider à la durabilité de la croissance par des tas de biais : le télétravail va s’accroître, entraînant moins de déplacements, et en conséquence moins de pollution, les comportements d’achat vont aussi évoluer, etc. Sur le terrain de l’épargne, les choses suivront sûrement.

La Finance pour tous, quant à elle, développe des outils pédagogiques pour aider les épargnants à découvrir ce type de placements.

Sur le même thème

bourse

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

27/03/2020 at 16:28
jbsal82@live.fr

Pour ma part ,je pense qu’il ne faut pas céder à la panique ,la chute n’est pas terminée et l’achat de valeurs de qualité ayant subi une décote injustifiée permettra de se positionner à bon compte et de coupler l’investissement sur des valeurs présentant un bon rendement

Sur la même thématique