Vins de Bordeaux: pourquoi les prix des grands crus pourraient baisser

Les incertitudes liées à la crise sanitaire et économique pourraient pousser les vendeurs de vin à réduire leurs prix, selon des experts interrogés par Les Echos. 

Fin mai, le Château Pontet-Canet, premier grand cru à vendre ses vins primeurs, proposait la bouteille de la récolte 2019 à 58 euros contre 84 euros l’année dernière, selon le site Vitisphère. Crédit: iStock.

Est-ce que la période est propice à l’investissement dans le vin ? Depuis plusieurs années, les prix des grands crus bordelais ne cessent d’augmenter et cette tendance pourrait s’inverser après plusieurs semaines de crise sanitaire. En effet, pour réamorcer les ventes, les producteurs pourraient être contraints de réduire les tarifs, expliquent Les Echos

Une filière fragilisée 

L’épidémie de coronavirus a ralenti les ventes de grands crus bordelais avec la fermeture des restaurants et le ralentissement du transport aérien. Résultat, la filière et le négoce sont fragilisés, selon le quotidien économique. D’autant plus qu’il faut ajouter les « incertitudes liées au Brexit » et « les taxes imposées pour l’exportation aux Etats-Unis » qui ont précédé la crise sanitaire. Ronan Laborde, président de l’Union des grands crus (UGC), imagine ainsi un « marché déflationniste ». 

A LIRE >> La filière vin demande 500 millions d’euros d’aides

Des premières ventes qui confirment la tendance 

Fin mai, le Château Pontet-Canet, premier grand cru à vendre ses vins primeurs, proposait la bouteille de la récolte 2019 à 58 euros contre 84 euros l’année dernière, selon le site Vitisphère. Les millésimes étaient en rupture de stock après trois heures de vente. Le courtier Yann Jestin confirme la tendance : « je pense qu’on devrait voir une baisse des prix significative. »  Ce serait donc peut-être le moment de faire des affaires sur les grands crus de la région. Ces derniers représentent moins de 200 vins, mais ils totalisent 20% du chiffre d’affaires de la filière bordelaise. En tout, cette dernière vend pour deux milliards d’euros de bouteilles à l’étranger. Plus de la moitié de ces exportations sont des grands crus. 

Sur le même thème

Investissement Placements Vin

Réactions et commentaires

Sur la même thématique