Economie: malgré un déficit estimé à 220 milliards, « la situation est sous contrôle »

En dépit d’une révision à la hausse du déficit public, Gérald Darmanin a assuré, ce jeudi 4 mai sur France 2, que la situation était sous contrôle.

Mercredi 10 juin, Gérarld Darmanin et le Conseil des ministres officialiseront la nouvelle prévision de récession. Crédit: Blondet Eliot-SIPA

Le ministre de l’Action et des Comptes public est revenu sur l’annonce de la hausse la prévision de déficit public pour 2020, désormais attendu à -11,4% du PIB, contre une prévision de -9% il y a seulement un mois et demi. Jeudi 4 mai, sur France 2, il s’est toutefois voulu rassurant, expliquant que « la situation est sous contrôle ».

« On voit le retour à la reprise économique » avec « une TVA qui recommence à rentrer dans les caisses de l’Etat, les Français reconsomment de manière un peu plus grande, notre pari qui va être tenu, est, comme nous avons soutenu l’économie, que nous avons limité au maximum les faillites, nous allons retrouver une vie normale après ces trois mois de difficultés », a-t-il développé.

Une marge de manœuvre

Par ailleurs, Gérald Darmanin ajoute que le pays dispose d’une marge de manœuvre, dans la mesure où « nous avons négocié un endettement commun européen avec l’Allemagne pour lequel la France aura quelques dizaines de milliards d’euros ».

« Nous avons sauvé l’économie française, nous avons nationalisé les salaires, nous les avons garantis aux Français, nous avons aidé les indépendants, les commerçants, nous avons dépensé beaucoup d’argent. Nous avons présenté un troisième budget rectificatif (…) à la demande du président et avec Bruno Le Maire, pour tenter d’améliorer l’économie française et la soutenir », a souligné le ministre.

52,2 milliards de déficit pour la Sécurité sociale

Mercredi 10 juin, le Conseil des ministres officialisera la nouvelle prévision de récession, et une dette qui atteindra 120% du PIB. Le déficit de l’Etat atteindra à lui seul 220 milliards d’euros, soit une nouvelle dégradation de 36,5 milliards en un mois et demi. Quant à la Sécurité sociale, son déficit bondira à 52,2 milliards au lieu des 41 milliards prévus fin avril.

A LIRE >> Coronavirus: le déficit de la Sécurité sociale plonge à 41 milliards d’euros

Néanmoins, le ministre a une nouvelle fois assuré qu’il n’y aurait pas de hausse d’impôts pour renflouer les caisses. Et pour ce qui est de l’amélioration du pouvoir d’achat des salariés, il a renouvelé sa proposition de développer l’actionnariat salarié et la participation.

Sur le même thème

Coronavirus crise économique redressement économique

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique