Finance solidaire : un attrait record encore loin des autres produits d’épargne

Les Français ont fortement épargné en 2019. On le savait. Et ils continuent à le faire depuis le début d’année, notamment avec l’effet « confinement » dû à l’épidémie du coronavirus.

Un dernier baromètre de Finansol fait un état des lieux des placements solidaires en 2019. Les Français se laissent, certes, tenter par cette typologie de placements, mais elle reste encore à la marge comparée aux livrets d’épargne dits grand public, style Livret A et LDDS.

Concrètement, les placements solidaires auraient représenté un encours global de 15,6 milliards d’euros. En 2018, il avait atteint près de 12,6 milliards d’euros, selon les données du baromètre Finansol, publié aujourd’hui pour La Croix.
Pour 2019, « 3 milliards d’euros supplémentaires ont ainsi été déposés par les épargnants solidaires, soit 24% de plus qu’en 2018 », précise Finansol.

Des résultats somme toute réjouissants pour les professionnels du secteur de la finance solidaire, mais qui n’atteignent pas les sommets, comparés aux encours du livret A, produit d’épargne phare des Français, qui s’élevaient à 298,6 milliards d’euros fin 2019 et 112,4 milliards d’euros pour le livret de développement durable et solidaire (LDDS). A eux deux, ce sont près de 410,9 milliards d’encours qui ont été cumulés fin 2019 par les Français.

Ce baromètre permet d’avoir une cartographie de la façon dont les épargnants ont investi leur argent. Dans le détail, en comparaison à 2018, l’épargne solidaire « bancaire » a représenté 5,1 milliards d’euros (+29%), l’épargne solidaire « salariale » 9,7 milliards d’euros (+21%) et l’épargne collectée par « les entreprises solidaires » 0,8 milliards d’euros (+25%). Des chiffres en hausse pour 2019.

810.000 nouvelles souscriptions dans les réseaux bancaires

Autre enseignement, plusieurs réseaux bancaires et financiers ont particulièrement promut les placements solidaires. L’année 2019 a enregistré une progression spectaculaire de la collecte bancaire (+29%), plus conséquente d’ailleurs que celle de l’épargne salariale. Soit 810 000 nouvelles souscriptions, pratiquement le double de 2018.
Un exemple : le FCP « BNP Paribas Social Business France » dont l’’encours du fonds est passé de 90 à 224 millions d’euros entre fin 2018 et fin 2019.

Christina Diego

Partager
Publié par
Christina Diego

Articles récents

Léger rebond du CAC 40 sur fond de prudence des marchés

Le CAC 40 s’est adjugé 0,62% aujourd’hui. Un rebond salutaire après la déconvenue de lundi, mais les marchés restent prudents…

23/09/2020 18:47

Action Logement va donner 300 millions d’euros de plus à Bercy

La facture s’alourdit pour la trésorerie d’Action Logement : le gouvernement ne lui versera pas d’aide compensatoire, ce qui portera…

23/09/2020 16:53

Banques : la Société générale va fusionner avec le Crédit du Nord, au grand désarroi des syndicats

La Société générale annonce mercredi 23 septembre son projet de rapprochement avec le Crédit du Nord pour créer une nouvelle…

23/09/2020 16:14

Performances boursières : n’oubliez pas d’intégrer les dividendes !

A chaque choc boursier, la même question revient inévitablement : les actions constituent-elles un bon placement ? Sans remettre nécessairement en cause…

23/09/2020 16:00

Paris remporte encore une manche contre le meublé touristique

Une décision de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) rendue le mardi 22 septembre donne raison à la…

23/09/2020 14:13

La Macif et Aésio vont créer ensemble un nouvel acteur de l’assurance mutualiste en 2021

Le rapprochement des assureurs Macif et Aésio doit se concrétiser le 1er janvier 2021, pour la création d’un nouvel acteur…

23/09/2020 12:13