Vins: malgré la crise, l’achat de grands crus reste un bon investissement

Après deux récoltes marquées par le gel et la maladie, la crise sanitaire complique la tâche des vignerons. Alors, certaines appellations ont d’ores et déjà réduit leurs prix.

De nombreuses propriétés ont réussi leur millésime. Crédit: iStock.

Les niveaux de rendements du vin restent bons. Si la crise sanitaire du coronavirus a réduit à peau de chagrin la grand-messe bordelaise des primeurs, le marché du vin résiste. Selon BFMTV, certains crus pourraient encore constituer un investissement intéressant cette année. Les investisseurs désireux de se constituer une cave auraient même une bonne carte à jouer.

Pour preuve, si le confinement a enrayé les ventes de vins et des crus les plus cotés avant même leur mise en bouteilles, il ne remet pas en cause le principe de ce type de ventes. « Le sujet est crucial pour la filière : la commercialisation des vins en primeur représente plus de la moitié des ventes à l’export », explique à la chaîne Angélique de Lencquesaing, directrice générale déléguée d’iDealwine.

Le prix, la rareté

Pour la spécialiste du site d’achat, de vente et d’estimation de vins, la météo de 2019, n’a ni empêché une bonne maturation des cabernets ni fait perdre leur fraîcheur et leur élégance à certains vins. Le millésime « est manifestement réussi dans de nombreuses propriétés, notamment celles qui ont privilégié des extractions douces, une vinification délicate », décrit-elle.

A LIRE >> Enchères: les vins natures ont la cote, malgré le confinement

Alors, après une année 2017 marquée par le gel, un millésime 2018 par la maladie et des ventes en berne en raison de la crise sanitaire, certaines appellations ont d’ores et déjà décidé de diminuer leurs prix. Mais pour réussir son investissement, mieux vaut garder certains préceptes à l’esprit comme le prix, la rareté des vins et leur capacité de garde. 

Sur le même thème

Investissement Vin

Réactions et commentaires

Sur la même thématique