Economie: les demandes de chômage partiel augmentent encore

Malgré la poursuite du déconfinement progressif, les demandes de chômage partiel progressent, comme les plans de restructuration.

15 000 nouvelles demandes préalables de chômage partiel ont été enregistrées en une semaine. Crédit: iStock.

1 444 000 demandes d’autorisation préalable d’activité partielle étaient déposées au 6 juillet, soit 15 000 de plus sur une semaine, chiffre la Direction de l’Animation de la recherche, des Études et des Statistiques (Dares), dans un communiqué publié mardi 7 juillet. Tous les quinze jours, en collaboration avec la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) et Pôle emploi, elle publie un suivi d’indicateurs permettant de faire le point sur la situation du marché du travail.

Le dispositif de chômage partiel mis en place pour limiter les suppressions de postes concerne 1 068 000 entreprises et quelque 14 000 000 de salariés soit 0,2 million de plus en une semaine. Si la progression est plus lente que lors de la seconde moitié du mois de mars et de la première semaine du mois d’avril, elle concerne essentiellement les petites entreprises. 46% des salariés faisant l’objet d’une demande d’activité partielle depuis le 1er mars travaillent dans des entreprises de moins de 50 salariés, chiffre l’étude. Alors que 34% de ceux employés par des entreprises de 250 salariés font l’objet d’une déclaration préalable d’activité partielle.

L’Ile-de-France particulièrement touchée

Depuis le 1er mars, trois secteurs concentrent près de la moitié des demandes d’autorisation préalable de chômage partiel, des effectifs concernés et des heures chômées demandées. Il s’agit des activités de services spécialisés, scientifiques et techniques et services administratifs et de soutien, du commerce et de la construction.

A LIRE >> Plus de 500 000 emplois détruits entre janvier et mars en France

D’un point de vue géographique, l’Ile-de-France et l’Auvergne-Rhône-Alpes cumulent à elles seules un peu plus du tiers des dossiers déposés, des effectifs concernés et des heures chômées demandées depuis le 1er mars.

193 plans de restructuration

Pour ce qui est des procédures de restructuration, la Dares en dénombre 193 depuis le début du mois de mars. Elles porteraient sur 27 053 suppressions d’emplois. Du côté de Pôle emploi, 72 900 demandes d’inscription ont été enregistrées entre le 21 et le 27 juin, soit 17,6% de moins que durant la même semaine en 2019. D’ailleurs, comme le précise la Dares, « sur les quatre dernières semaines, le nombre de demandes d’inscription recule par rapport aux mêmes semaines de 2019 ». Parallèlement, le nombre d’inscriptions de demandeurs d’emploi à des formations a progressé de 60% par rapport aux semaines équivalente de l’année dernière.  

Sur le même thème

chômage Coronavirus Dynamisme économique Emploi Entreprises

Réactions et commentaires

Sur la même thématique