Investissements: les actions sont le placement le plus rentable sur 40 ans  

L’immobilier et l’investissement dans des sociétés foncières se font également des places dans les placements les plus rentables. 

Le taux de rendement interne des actions est de 13,19% entre 1979 et 2019. Crédit: iStock.

Quel investissement est le plus rentable sur 5, 10, 20 ou 40 ans ? C’est à cette question que répond l’étude annuelle « 40 ans de performances comparées (1979-2019) » de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF). Sur le long terme, pendant cette période, le placement le plus rentable reste les actions, qui disposent de « niveaux de performances plus élevés que pour l’ensemble des autres actifs ». 

13,19% de rendement pour les actions 

Cependant, l’action n’est pas le placement le plus serein. A l’inverse, sur la période 1979-2019, « l’immobilier a démontré une grande capacité de résilience aux chocs économiques et financiers ». Et l’investissement dans la pierre reste tout de même l’un des plus rentables, selon l’IEIF, ce qui le place entre les actions et les obligations si l’on prend en compte le rapport rendement-risque. 

Le taux de rendement interne des actions est de 13,19% entre 1979 et 2019. A titre de comparaison, l’investissement dans un logement à Paris rapporte 11,42% par an et les placements dans une SCPI (Société civile de placement immobilier) offrent un rendement de 9,56%. Pour un placement moins long, sur cinq ans, les performances les plus élevées se trouvent dans les actifs de logistique. Sur dix ans, il s’agit des investissements dans les sociétés foncières. Sur quinze ans, l’IEIF évoque « l’âge d’or des commerces » tandis que sur vingt ans, c’est l’immobilier « sous toutes ses déclinaisons » qui obtient la première place des rendements. 

A LIRE >> Fonds Oncologie de Candriam: vous conjuguez investissement et sens pour votre épargne

Quelles prévisions pour les années à venir ? 

En termes de prévision pour la fin de l’année et l’année 2021, l’IEIF imagine qu’avec la crise économique qui se profile, les ménages français vont continuer à épargner. « Les produits de taux, à la rentabilité pourtant proche, voire inférieure à 0, pourraient ainsi encore capter une importante collecte dans les prochains mois », écrit l’institut. A plus long terme, « la qualité de l’actif, mais également celle du locataire seront a fortiori des critères de sélection des actifs immobiliers », précise Stéphanie Galiègue, la directrice générale adjointe de l’IEIF.

Sur le même thème

Actions immobilier placements financiers

Réactions et commentaires

Sur la même thématique