Comment conjuguer plaisir, passion et investissement avec le vin

Le vin a tout pour séduire les épargnants, il peut être à la fois un investissement et un plaisir. U’Wine, qui est agréé par l’AMF, propose des offres innovantes. Thomas Hébrard, son fondateur, nous explique sa démarche.

U’Wine s’adresse à deux types de clients : le consommateur et l’investisseur pour lesquels la société conçoit et gère les caves. Crédit: iStock.

Pour tout épargnant à la recherche d’un investissement alternatif, le vin s’impose assez facilement comme une idée originale et crédible, au même titre par exemple que les voitures de collection. Faut-il encore s’adresser à une société ayant reçu l’agrément de l’AMF, sésame indispensable pour s’assurer de son honnêteté.

Thomas Hébrard, le fondateur d’U’Wine, a entrepris des discussions avec l’autorité de contrôle « au démarrage de la société » en 2014 afin d’obtenir le fameux visa.

Cette démarche de protection du client s’inscrit plus globalement dans celle d’U’Wine qui consiste à placer « le client et/ou l’investisseur dans un environnement où il n’a aucune friction, où nous répondons à toutes les questions qu’il pourrait se poser : Quel vin dois-je acheter ? Comment le revendre ? Où le stocker ? Quand le déguster ? … »

U’Wine s’adresse à deux types de clients : le consommateur et l’investisseur pour lesquels la société conçoit et gère les caves. « Nous sélectionnons pour eux les 1% des meilleurs vins des plus beaux terroirs », explique-t-il. Et d’ajouter : « Notre stratégie d’investissement consiste à acheter les Grands Crus en primeurs afin d’offrir à nos clients le premier prix d’achat et à sélectionner les vins dits « pépites de demain » »

Des bouteilles au prix de 20 euros environ choisies parmi les 135 domaines partenaires et les 497 vins comptant dans la sélection que le négociant nouvelle génération espère voir valoriser. Le client ne les recevra pas avant deux ans. Pour diversifier le risque « millésime », les achats sont répartis sur plusieurs années.

U’Wine s’occupe aussi de la vente. « Il n’y a pas de cession d’un investisseur à un autre, précise Thomas Hébrard. Nous sommes de vrais valorisateurs de marques pour les Domaines. La société touche les clients finaux via des canaux complètement dissociés des réseaux de distribution classique, cavistes, hôtels et restaurants ». La clientèle visée est surtout asiatique, qu’elle sert via ses partenariats locaux « L’idée est de rechercher les consommateurs de demain et de transformer cette clientèle nouvelle en acheteurs matures et éclairés », argumente le fondateur de U’Wine.

De fait, les grands crus sont consommés à 60% par des amateurs chinois et à 20% par des américains.

La première offre d’investissement consiste en une offre de mandat de gestion. U’Wine achète les vins pour le compte de son client, gère sa cave (stockage, transport et assurance), et vend ou livre les vins selon ses envies.

La deuxième offre, U’Wine Grand Crus, également visée par l’AMF, est à destination des investisseurs recherchant une diversification patrimoniale, et s’apparente à du « private equity ». L’investisseur peut souscrire chaque année à une augmentation de capital de la société éponyme. Cette offre est éligible à la défiscalisation sur l’IR et au dispositif du remploi d’apport-cession, particulièrement intéressante pour les chefs d’entreprise. 

La société est en plein essor

U’Wine peut remplir plusieurs fonctions : un moyen pour transmettre un patrimoine (sachant que le ticket d’entrée s’élève à 10.000 euros), un investissement alternatif à l’immobilier aujourd’hui, en raison de l’envolée des prix à Paris et dans les grandes métropoles, un investissement plaisir (la société organise chaque semaine des événements avec des dégustations qui permettent de rencontrer les vignerons), …

A LIRE>>> Vins: malgré la crise, l’achat de grands crus reste un bon investissement

« Depuis le début d’année 2020, nous avons augmenté de 20% nos désinvestissements tout en maintenant notre niveau moyen de performance pour nos clients, soit 57% brut. Cela montre que notre modèle de distribution unique permet de nous décorréler de ce qui peut se passer sur les marchés et de tenir notre objectif de 5% de rendement net annuel pour nos clients », conclut Thomas Hébrard.

La société connaît un fort engouement depuis dix-huit mois avec un mois record réalisé en juin 2020. Elle possède 17 millions d’euros d’actifs sous gestion (stocks de vin à la valeur d’achat), et plus de 600 clients-investisseurs. Son chiffre d’affaires devrait croitre de 55% cette année et son carnet de commandes atteindre 7,5 millions étalés sur quatre ans.

Sur le même thème

Placements Vin

Réactions et commentaires

Sur la même thématique