Placements: les Français pas assez vigilants à l’égard des taux les plus rémunérateurs

Une part importante des Français maîtrise mal le rapport entre la rémunération d’un placement financier et son degré de risque. Explications. 

En matière de rendement, seuls 44% des Français estiment qu’une proposition est suspecte à partir de 4%. Crédit: iStock.

Quatre personnes sur cinq (84%) estiment que l’éducation budgétaire et financière devrait être enseignée à l’école. Si les Français manquent parfois de repères face aux placements financiers et méconnaissent certains dispositifs bancaires, ils le reconnaissent. C’est ce que révèle une enquête Audirep réalisée pour la Banque de France publiée le 20 juillet.

Celle-ci met notamment en avant le fait qu’une part importante de la population maîtrise mal le rapport entre la rémunération d’un placement financier et son degré de risque. Quand on les interroge sur le niveau de taux d’intérêt à partir duquel une proposition de placement sûr et disponible leur semblerait « trop belle pour être vraie », 60% des répondants indiquent ne s’interroger qu’à partir de 3%. Et ils sont 44% à estimer qu’une proposition est suspecte à partir de 4%.

Les jeunes prennent plus de risques

Pour mémoire, la rémunération du livret A est actuellement fixée à 0,5% depuis février 2020. Pourtant, les sondés sont encore nombreux à penser qu’il est de 0,75%. Quant au rendement des contrats d’assurance vie en euros il s’est établi autour de 2% en 2019.

Selon l’étude, les répondants les plus jeunes et peu diplômés ont tendance à avoir des comportements plus risqués. Par exemple, 77% de l’ensemble des sondés pensent qu’il est généralement possible de réduire le risque des placements en bourse en diversifiant les actions et les titres. Les 18-24 ans sont seulement 61% à partager cet avis. De la même manière, 83% des répondants se disent qu’un investissement avec un rendement élevé est susceptible d’être à haut risque, quand 75% des 25-34 ans tiennent le même raisonnement.

Des sites pour apprendre

Si l’étude, menée depuis trois ans en France, souligne que les connaissances régressent, le pays s’est doté, depuis 2016, d’une stratégie nationale d’éducation économique, budgétaire et financière (EDUCFI). Un domaine dans lequel les attentes des Français sont nombreuses si l’on se réfère aux différentes études menées par la Banque de France.

Ces derniers peuvent, notamment, se tourner vers le site mesquestionsdargent.fr dédié au grand public, aux enseignants et aux intervenants sociaux. Les entrepreneurs, eux, pourront se diriger vers le portail mesquestionsdentrepreneur.fr. La Cité de l’Economie, au travers de son site, peut également aider le grand public à y voir plus clair en matière d’argent. La Banque de France, elle-même, publie une série de documents pédagogiques à l’attention des enseignants et élèves de niveau lycée ou post-bac, les « ABC de l’économie », qui s’adressent aussi à un public plus large. Ces fiches synthétiques sont disponibles sur le site internet de la Banque de France.

A LIRE >> La Banque de France étudie la création d’un euro digital

Pourtant, si les Français ont le sentiment d’être mal informés en matière de placements financiers ou de dispositifs bancaires spécifiques, ils ne sont pas les plus mal lotis. Au contraire, selon les études menées par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), ils sont parmi ceux qui disposent de connaissances relativement élevées. 

Sur le même thème

Banque de France Banques Investissement Sondages

Réactions et commentaires

Sur la même thématique