Relance économique: les TPE préfèrent une baisse des charges au chômage partiel

Pour travailler, les toutes petites entreprises (TPE) ont besoin de tout leur personnel. Une réduction des charges serait donc préférable au dispositif de chômage partiel, pour leur permettre de mieux redémarrer.  

Les TPE ont besoin de tout leur personnel pour travailler. Crédit: iStock.

La France compte 3,7 millions d’entreprises de moins de dix salariés. Elles représentent 20% de la valeur ajoutée, selon Viviane Chaine-Ribeiro, la présidente de la Fédération des très petites entreprises (FTPE). Sur le plateau de BFMTV jeudi 23 juillet, elle a expliqué pourquoi la transformation du chômage partiel en baisse des charges permettrait aux TPE de redémarrer plus facilement. Elles « n’ont pas la capacité d’avoir deux ou trois personnes sur la même expertise et donc de ce fait elles ont besoin de la totalité de leurs salariés », rappelle-t-elle.

Mettant l’accent sur la situation particulière des TPE, la présidente a souligné qu’elles « dégagent des marges extrêmement faibles ». De ce fait, même si elles tournent à « 85 ou 80% de leur activité » elles subissent une perte d’exploitation. 

« De la souplesse »

« Si pour économiser sur les charges, il faut qu’elles mettent leurs salariés en chômage partiel, ça n’arrange pas du tout leur capacité à retrouver leur chiffre d’affaires d’avant-crise », ajoute Viviane Chaine-Ribeiro.

Une diminution des charges aurait, en revanche, un effet positif sur la relance des TPE. D’où sa proposition de transformer les montants alloués à la prise en charge du chômage partiel en baisses de charges. Ce qui apporterait, selon la responsable « de la souplesse » aux TPE « sans coût supplémentaire » pour le gouvernement.

A LIRE >> La BPI lance une plateforme en ligne pour les TPE et PME en difficulté

Celui-ci a annoncé, le 16 juillet, par la voix de Bruno Le Maire que les TPE et les PME pourront échelonner le remboursement des cotisations sociales et des charges fiscales sur 36 mois, maximum. Pour bénéficier de cette mesure, les chefs d’entreprises devront en faire la demande aux impôts.

Réactions et commentaires

Sur la même thématique