Mieux Vivre Votre Argent

Les gérants de fonds actions ont surperformé au premier semestre dans un environnement atypique

Crédit: iStock.

Selon le rapport « Active-Passive Navigator » de l’équipe de recherche de Lyxor ETF, un spécialiste de la gestion passive, les gérants de fonds actions ont réussi « à tirer leur épingle du jeu durant les six premiers mois exceptionnels de l’année ».

En moyenne, 53 % d’entre eux sont parvenus à battre leurs principaux indices de référence au premier semestre 2020. Une performance remarquable dans la mesure où le contexte de marché était totalement inédit et atypique.

Ce sont les gérants Small Caps qui affichent le plus fort taux de surperformance dans la plupart des régions : 70 % d’entre eux ont battu en moyenne leurs indices de référence.

Pour les auteurs du rapport, les gérants ont su profiter de la rotation sectorielle très marquée qui s’est mise en place après les fortes chutes des petites et moyennes valeurs pendant la période de turbulences sur les marchés. Ils ont vendu les valeurs cycliques et Value et se sont positionnés sur les valeurs défensives, de « qualité » et de croissance. Avec réussite.

Pour les gérants de fonds actions Large Caps, le constat est plus nuancé. Selon l’étude, « les fonds actions américaines ont éprouvé certaines difficultés tandis que les gérants des fonds actions Europe et Japon ont dû faire face à une dispersion croissante », correspondant aux « disparités des réponses sanitaires et économiques à la pandémie dans les différents pays ».

Des gérants obligataires à la peine

Les gérants obligataires ont en revanche rencontré pas mal de difficultés : seuls 33% ont fait mieux que leurs indices de référence. « Ils ont été pris de vitesse par les plans de relance fiscaux et monétaires massifs mise en œuvre à travers le monde, qui ont ancré les rendements à leurs plus bas et fait grimper le prix des obligations », explique le rapport.

Enfin, les gérants High Yield et de fonds de dette émergente en devises fortes se sont également pas trop mal tirés d’affaires en faisant mieux que les autres styles d’investissement obligataires « grâce notamment à une forte dispersion sur ces secteurs ».

A LIRE>>> Comment est choisi un fonds « climat » et quelle est la stratégie du choix des entreprises ?

Les gérants parviendront-ils à rester performants au second semestre ? Jean-Baptiste Berthon, Senior Cross-Asset Strategist pour Lyxor Asset Management fait remarquer que « les investisseurs restent confrontés à un environnement atypique, caractérisé par une dispersion élevée des prix des actifs, des valorisations faussées par les mesures de relance, une prévisibilité fiscale et politique réduite, et une protection de portefeuille difficile à mettre en œuvre quand les rendements sont au plus bas ».

Le challenge qui les attend est encore de taille.